De Daisy Ridley à Quentin Dolmaire, les 10 plus grands espoirs du cinéma en 2015

Par @Culturebox
Mis à jour le 31/12/2015 à 18H20, publié le 31/12/2015 à 18H07
Quentin Dolmaire dans "Trois souvenirs de ma jeunesse"

Quentin Dolmaire dans "Trois souvenirs de ma jeunesse"

© Kobal / The Picture Desk

Un anarchiste de la fin du XIXe siècle, une pilleuse de vaisseau ou un petit artiste branchouille qui a bien du mal à couper le cordon. Il y a tout ça dans ce Top 10 des acteurs et actrices les plus prometteurs de l'année.

Swann Arlaud dans "Les Anarchistes"

 
Il était Élisée, anarchiste individualiste et romantique pour le deuxième long métrage d'Elie Wajeman. C'était le chef de clan. Un de ceux qui s'entêtent. Un personnage bouillonnant en quête d'un idéal. Une prestation fiévreuse pour un acteur qui les enchaîne. L'explosion de Swann Arlaud, que tout le milieu du cinéma attend depuis un certain temps déjà, ne devrait certainement plus trop tarder.
Swann Arlaud dans "les Anarchistes"

Swann Arlaud dans "les Anarchistes"

© 24 Mai production / Mars Distrib / Collection ChristopheL


Daisy Ridley dans "Star Wars 7 : le Réveil de la Force"

 
À 23 ans, elle effectuait ses grands débuts au cinéma en tant que nouvelle héroïne de l'une des plus belles mythologies de notre temps. Excusez du peu. Une prestation convaincante pour une jeune actrice amenée à devenir l'une des figures incontournables du cinéma américain.

 

Jules Benchetrit dans "Asphalte"

 
À 17 ans, le fils de Marie Trintignant vient d'effectuer ses grands débuts au cinéma devant la caméra de son père, Samuel, dans un rôle d'ado délaissé et solitaire qui se lie d'amitié avec sa nouvelle voisine (Isabelle Huppert). Une actrice des années 80 tombée depuis dans l'oubli. Un rôle touchant pour Jules dans un film poétique racontant des tranches de vie dans un immeuble délabré de banlieue parisienne à travers six personnages magnifiques et attachants.
Jules benchetrit dans "Asphalte"

Jules benchetrit dans "Asphalte"

© La camera Deluxe / Maje Producti / Collection Christophel

 

Kheiron dans "Nous trois ou rien"

 
Kheiron pour nous, c'était surtout le pote un peu obsédé de Kyan Khojandi dans "Bref", la pastille de Canal +. Avec ce long métrage où il est devant et derrière la caméra, il raconte l'histoire de ses parents, opposants iraniens exilés en France dans un récit à la fois infiniment drôle et extraordinairement touchant. En équilibre permanent entre le rire et les larmes, Kheiron nous montre qu'il n'est plus qu'un humoriste. Désormais, c'est aussi un funambule.
Kheiron, "Nous trois ou rien"

Kheiron, "Nous trois ou rien"

© Gaumont


Eve Hewson dans "Le Pont des espions"

 
Elle tourne déjà pour Soderbergh dans la série "The Knick", où elle campe le rôle d'une infirmière séduite par un pionnier de la chirurgie (Clive Owen). On l'avait aussi vue Dans "This must be the place" de Paolo Sorrentino aux côtés de Sean Penn. Et à seulement 24 ans, la voilà qui incarne la fille de Tom Hanks dans le dernier film de Spielberg. Si être la fille de Bono doit certainement un peu aider, il faut bien reconnaître que pendant ses quelques minutes d'apparition au début du film, elle crève littéralement l'écran.
Eve Hewson à New York en octobre 2015

Eve Hewson à New York en octobre 2015

© Dennis Van Tine / NurPhoto


 

Syrus Shahidi dans "Une histoire de fou"

 
Dans "Une histoire de fou", Robert Guédiguian nous conte le génocide arménien en se penchant plus sur la façon de vivre son arménité que sur le génocide en lui-même. Et pour incarner ce questionnement, c'est à Syrus Shahidi que le cinéaste a pensé. Il campe le rôle d'Aram, un jeune homme qui se désole à Marseille que la génération de son père ait abandonné la lutte armée et qui va s'y engager. Poignant.
Syrus Shahidi, "Une hisoire de fou" 

Syrus Shahidi, "Une hisoire de fou" 

© Diaphana Distribution

 

Quentin Dolmaire dans "Trois souvenirs de ma jeunesse"

 
Un film incandescent de Desplechin où un homme (Matthieu Amalric ), qui va quitter le Tadjikistan, se souvient de son passé. De son enfance à Roubaix à ses études à Paris. Et surtout d'Esther. Quentin Dolmaire est ce passé. Une prestation singulière et flamboyante, un parler hors du temps, hypnotique, et un regard transperçant. Quentin Dolmaire, à 21 ans seulement, a déjà tout d'un grand.


Les filles de "Mustang"

 
Elles sont cinq. Güneş Nezihe, Şensoy Doğa, Zeynep Doğuşlu, Tuğba Sunguroğlu, Elit İşcan et İlayda Akdoğan. Les cinq sœurs du film magistral de Deniz Gamze Ergüven racontant la difficulté d'être fille en Turquie. Une insouciance rebelle, sauvage, qui semble faire renaître les sœurs de "Virgin suicides" dans ce petit village en bord de mer.  

 

Vincent Lacoste dans "Lolo"

 
Lolo, c'est lui. Lolo, c'est son histoire. Celle d'un jeune homme d'à peine 20 ans qui sous ses airs de petit artiste branchouille est surtout un sale gosse pourri gâté, avec un petit côté "Tanguy" sur les bords. Mais Lolo a un autre problème, il nous fait un énorme complexe d'Œdipe. Bien décidé à garder sa place de petit empereur aux côtés de sa mère (Julie Delpy), il fera tout subir au nouveau compagnon de cette dernière (Dany Boon). Vincent Lacoste n'est plus ce "Beau gosse" boutonneux. C'est surtout maintenant un jeune acteur qui monte, qui monte…


 Olivia Cooke dans "This is not a love story"
 
Elle illumine le dernier film d'Alfonso Gomez-Rejon, sorte de roman initiatique décrivant avec originalité la vie lycéenne. Elle y est Rachel, une jeune fille atteinte d'une leucémie se liant d'amitié avec Greg (Thomas Mann), lycéen introverti passionné de cinéma. Et elle y est bouleversante.