CineMed rend hommage à Daniel Toscan du Plantier

Par @Culturebox
Mis à jour le 31/10/2014 à 17H47, publié le 31/10/2014 à 17H04
Daniel Toscan du Plantier, insatiable producteur de films et marcello Mastroiani aux Césars en 1993

Daniel Toscan du Plantier, insatiable producteur de films et marcello Mastroiani aux Césars en 1993

© PIERRE VERDY / AFP

Pour sa 36e édition, le festival du cinéma méditarranéen de Montpellier rend hommage à Daniel Toscan du Plantier décédé en 2003. Producteur, directeur de la Gaumont, président d'Unifrance et de la Cinémathèque de Toulouse, CineMed se souvient de cet amoureux du cinéma. Marie-Christine Barrault, sa première épouse, était présente pour célébrer sa mémoire.

CineMed rend hommage à l'un des plus grands producteurs de cinéma français. Tout au long de sa vie, Daniel Toscan du Plantier a initié et soutenu plusieurs centaines de projets de films. 

Marie-Christine Barrault, avec qui il a été marié et eu deux enfants, évoque le parcours de ce passionné.

"Il aimait surtout les créateurs, les gens qui avaient un univers, qui avaient des histoires à raconter et qui avaient quelque chose à transmettre. Il se sentait utile d'être celui qui aidait les gens à faire des films"  

Reportage : Gilles Lefèvre,  Pierre Trouillet et Marie-Michelle Deligne 
Maurice Pialat, Federico Fellini ou encore Joseph Losey, Daniel Toscan du Plantier était un inlassable défenseur du cinéma. Il soutenait les cinéastes dans leurs projets les plus fous, défendait les réalisateurs à travers le monde et lançait des carrières de comédiens.

En 1975, soutenu par le producteur, 
Jean-Charles Tachella réalise "Cousin, cousine" dans le sud de la France. Le film marque les esprits et reçoit de nombreuses récompenses dont le Prix Louis Deluc. La comédienne Marie-France Pisier est récompensée du "César de la Meilleure actrice dans un second rôle", quant à Marie-Christine Barrault, le rôle de Marthe lui vaut une nomination aux Oscars de 1976. 
Daniel Toscan du Plantier avait pris la direction de la société Gaumont à l'âge de 35 ans et fut président d’Unifrance qui a pour mission de valoriser le cinéma français à l’étranger. Président de la Cinémathèque de Toulouse jusqu’à sa mort à l’âge de 61 ans, il a marqué l’histoire du cinéma en France et a permis à celui-ci de s'exporter davantage à l'étranger.