Cinéma : La Rochelle à l'heure du festival

Par @Culturebox
Mis à jour le 28/06/2015 à 11H44, publié le 25/06/2015 à 11H05
Festival du film de la Rochelle : l'affiche (détail)

Festival du film de la Rochelle : l'affiche (détail)

© DR

La 43e édition du Festival international du film de La Rochelle a débuté ce week-end pour dix jours, avec un hommage à Louis Feuillade, inventeur du feuilleton cinématographique, ou serial, et un coup de projecteur sur le renouveau du cinéma géorgien.

Reportage : E. Vallet / J. Bouchon / M. Coudrin
Le festival, devenu un des principaux en France pour sa fréquentation (82.000 spectateurs en 2014), se déroule chaque année sur le Vieux port de la ville. Jusqu'au 5 juillet, il propose aux amateurs quelque 250 films, à raison de cinq séances par jour.

Fidèle à son credo, "pas de palmarès, ni de chasseur d'autographes", "ce 'puzzle des cinémas du monde' est destiné à tous et résolument tourné vers le cinéma d'auteur", résume Prune Engler, déléguée générale du Festival.

Cette nouvelle édition aura d'abord une tonalité italienne: les amateurs pourront voir en ouverture "Mia madre", le dernier film de Nanni Moretti, en compétition au festival de Cannes;


les festivaliers pourront également rencontrer Marco Bellocchio, auquel sera rendu un hommage avec la projection d'une quinzaine de films. Le festival proposera aussi l'intégrale de la cinématographie de Luchino Visconti (1906-1976).

D'autres cinéastes internationaux seront honorés : le Français Olivier Assayas, le Taïwanais Hou Hsiao-Hsien, ainsi que la famille Makhmalbaf, tribu de réalisateurs iraniens.

Fantômas

Côté histoire du cinéma, un hommage sera rendu à Louis Feuillade (1873-1925), l'inventeur du cinéma de fiction en format série. Trois films-feuilletons, faisant partie du fonds d'archives de Gaumont et récemment restaurés, seront présentés dans leur intégralité : "Fantômas" datant de 1913, "Les Vampires" (1915) et le très méconnu "Tih-Minh" (1918).

Fantômas : la bande-annonce

Un coup de projecteur sera également mis sur le jeune cinéma géorgien. "Street Days" et "Blind Dates", tous deux inédits, seront présentés par leur auteur, Levan Koguashvili.

"Street Days" : la bande-annonce

"Nous avons rassemblé dix films géorgiens très récents, le plus ancien datant de 2010", explique Prune Engler, se félicitant du "renouveau" du cinéma géorgien "après une période où les problèmes politiques ont empêché les cinéastes de tourner". 

"De nombreux réalisateurs reviennent sur les années de guerre qui ont traumatisé la population. C'est un cinéma très proche des problèmes sociaux actuels, avec cette touche d'humour si particulière au cinéma géorgien qui, heureusement, n'a pas disparu", souligne Prune Engler . 

Parallèlement, une quarantaine de films récents, venus du monde entier et encore inédits en France, seront présentés, dont en avant-première "Le Caravage" d'Alain Cavalier mettant en scène Bartabas et son cheval Caravage.

Côté animation, 28 films chinois seront proposés. Pour la plupart jamais diffusés en Occident, ces opus "complètement virtuoses", datant des années 50-60 et 80, sont issus de la production des Studios d'art de Shanghai, berceau des films pour enfants en Chine.


Le Festival de la Rochelle
Du 26 juin au 5 juillet 2015