Catherine Deneuve et "Indochine" referment en beauté Lumière 2016

Par @Culturebox
Mis à jour le 17/10/2016 à 09H17, publié le 16/10/2016 à 21H50
Régis Wargnier, Linh Dan Pham et Catherine Deneuve à Lyon, le 16 octobre 2016

Régis Wargnier, Linh Dan Pham et Catherine Deneuve à Lyon, le 16 octobre 2016

© Jean-François Lixon / Culturebox

Le festival Lumière 2016 s'est refermé ce dimanche 16 octobre à Lyon avec la projection en version 4K restaurée d' "Indochine". Ses deux principales interprètes, Catherine Deneuve et Linh Dan Pham, ainsi que son réalisateur Régis Wargnier ont prononcé quelques mots sur cette oeuvre magistrale avant de la redécouvrir sur écran géant. Le festival s'était ouvert le 8 octobre.

C'est chaque année une tradition, au moment de refermer Lumière, son directeur, Thierry Frémaux, appelle sur la scène l'armée des bénévoles qui ont oeuvré pendant une dizaine de jours pour que tout marche bien. Ces personnels temporaires et volontaires sont souvent mis à rude épreuve, mais ils décrochent ainsi le privilège de partager la scène avec le prix Lumière de l'édition qui se referme. Ils ont ainsi cette année pu approcher Catherine Deneuve mais aussi le réalisateur d'"Indochine", Régis Wargnier, ainsi que le second rôle féminin, Linh Dan Pham. Sorti en 1992, ce drame romantique était alors le premier film français tourné au Vietnam depuis l'arrivée au pouvoir du régime communiste dans tout le pays en 1975.

Quelques scènes du film "Indochine"

Une moisson de récompenses

"Indochine" fut non seulement un succès commercial, mais il remporta également un grand nombre de récompenses parmi lesquelles l'Oscar du film étranger (le seul film français à ce jour), le César de la meilleure actrice pour Catherine Deneuve, celui du meilleur second rôle féminin pour Dominique Blanc, à quoi il faut ajouter les César du meilleur son, de la meilleure photo et du meilleur décor. Il a décroché aussi le Goya du film étranger (l'équivalent espagnol de nos César).

Régis Wargnier répond aux questions de Thierry Frémaux, le directeur du festival Lumière

Régis Wargnier répond aux questions de Thierry Frémaux, le directeur du festival Lumière

Un projet qui a fait rêver Catherine Deneuve

Premier à parler du film, Régis Wargnier a raconté comment, alors qu'il vient de lui résumer le scénario à Catherine Deneuve pour lui proposer d'en interpréter le premier rôle, la comédienne lui demande : "Mais vous le tournez quand ?". Wargnier explique qu'ils en sont à l'écriture et cela se ferait sans doute deux ou trois ans plus tard. A quoi, Deneuve répond "Mais vous allez me laisser rêver tout ce temps ?" Régis Wargnier conclut en affirmant que tout le monde s'est rapidement mis au travail pour vite terminer l'écriture et commencer le tournage afin de ne pas faire attendre une Catherine Deneuve si enthousiaste.

Linh Dan Pham très émue

Linh Dan Pham très émue

© Jean-François Lixon

Linh Dan Pham, très émue

Linh Dan Pham, la jeune fille qui interprète dans le film la fille adoptive de Catherine Deneuve a d'abord remercié Régis Wargnier et Catherine Deneuve de lui avoir permis de faire ce film "Ma vie ne serait pas celle qu'elle est... Sans vous, je ne serais pas là". Lors de la préparation du film, un immense casting avait en effet été organisé dans toute la France pour trouver l'actrice idéale. Après avoir auditionné plusieurs centaines de jeunes filles, le choix s'était porté sur elle, alors âgée de 17 ans. Après une éclipse d'une dizaine d'années consacrée à ses études puis à travailler au Vietnam, son pays natal, elle a pris des cours à l'Actors Studio et entrepris de continuer une carrière qui avait si bien commencé. Dans son intervention devant le public du festival Lumière, la jeune femme n'a pu retenir des sanglots en s'adressant à  Catherine Deneuve encore assise parmi les spectateurs lyonnais et en l'appelant "Ma maman de cinéma"... Un moment d'émotion vite passé quand la jeune femme s'est souvenu que, lors des soirées vietnamiennes loin de la France, Catherine Deneuve organisait pour ses compagnons de tournage de solides repas à base de spécialités bien de chez nous.

Catherine Deneuve, Gérard Collomb, maire de Lyon, et les bénévoles du festival.

Catherine Deneuve, Gérard Collomb, maire de Lyon, et les bénévoles du festival.

© Jean-François Lixon

Le prix Nobel du cinéma

Catherine Deneuve a ensuite rejoint la scène et remercié le festival avec des mots qu'elle avait déjà prononcé après la remise son prix : "C'est un moment inoubliable, sans doute l'un des plus émouvants que j'ai vécus". Le maire de Lyon, Gérard Collomb a raconté comment, il y a une dizaine d'années, Thierry Frémaux l'avait appelé en lui disant avoir eu une idée: remettre une distinction à une personnalité de premier plan du cinéma mondial, ajoutant, "ce serait en quelque sorte le Nobel du cinéma". Collomb doute. Il a peur que les vedettes envoient des représentants pour retirer leur récompense. Dès la première année et la venue de Clint Eastwood, raconte-t-il, il a su que Frémaux avait gagné son pari.

Un bouteille et un arbre !

Catherine Deneuve, "Prix Nobel de Cinéma 2016", a, comme s'est aussi la coutume, demandé au maire de Lyon de confirmer qu'il y aura bien un 9e festval Lumière. Confirmation du maire de Lyon sous les applaudissements fournis du public cinéphile lyonnais. Catherine Deneuve est repartie, encore une coutume, avec un Jéroboam de côtes-rôties ("c'est pour ça qu'on vient..." devait-elle commenter avec humour). Plus inattendu, elle s'est vu offrir un arbre d'intérieur ! Il est vrai que lors du très bel hommage de Vincent Lindon le soir de la remise du prix Lumière, tout le monde a appris l'amour de Catherine Deneuve pour les plantes.
Le festival s'est ensuite refermé sur les magnifiques images du Vietnam vu par Régis Wargnier. "Indochine" tel qu'il l'avait voulu, image et son restaurés pour une projection très fidèle en 4K. Magnifique.

De g. à d. Régis Wargnier, Catherine Deneuve, Gérard Collomb et Linh Dan Pham avant la projection d' "Indochine"

De g. à d. Régis Wargnier, Catherine Deneuve, Gérard Collomb et Linh Dan Pham avant la projection d' "Indochine"

© Jean-François Lixon