Benoît Magimel devra comparaître en appel

Par @Culturebox
Mis à jour le 31/05/2016 à 20H02, publié le 31/05/2016 à 19H58
Benoît Magimel au Palais de justice (12 avril 2016)

Benoît Magimel au Palais de justice (12 avril 2016)

© Thomas Samson / AFP

L'acteur Benoît Magimel devra de nouveau comparaître pour avoir renversé une piétonne : alors qu'il avait écopé d'une amende et une suspension de permis en première instance, le parquet a fait appel, estimant la condamnation trop légère.

Les réquisitions du procureur à l'audience, 5.000 euros d'amende pour blessures involontaires lors de cet incident routier, le 11 mars, et un an de suspension du permis pour conduite sous stupéfiants en février 2014, étaient légèrement supérieures à la peine prononcée le 24 mai au tribunal correctionnel.
 
Benoît Magimel avait été condamné à 3.500 euros d'amende pour l'accident, et 750 euros d'amende et six mois de suspension de permis pour la conduite sous  stupéfiants. Le tribunal avait par ailleurs prononcé une relaxe pour délit de fuite et défaut de permis.

Le premier jugement correspondait aux réquisitions

Même si cette relaxe correspondait aux réquisitions du procureur à  l'audience, le parquet de Paris a décidé de faire appel du jugement.
 
"A ce stade", l'avocat de Benoît Magimel, Me Pascal Garbarini, n'a pas fait de commentaire.
 
Les faits s'étaient déroulés dans le XVIe arrondissement de Paris. L'acteur conduisait une voiture de location lorsqu'il a renversé une femme de 62 ans en effectuant une marche arrière. La victime s'était vu reconnaître cinq jours d'incapacité totale de travail  (ITT).

"J'ai fait une erreur", avait reconnu l'acteur

 Après l'arrivée des pompiers mais avant celle de la police, Benoît Magimel était rentré chez lui, à quelques centaines de mètres de l'accident. Il s'était rendu plus tard au commissariat, où il avait été placé en garde à vue 48 heures, après avoir été contrôlé positif aux stupéfiants.
 
"Oui, j'ai fait une erreur; oui, j'ai commis une imprudence", avait reconnu l'acteur à la barre. Faisant profil bas et évoquant "une consommation (de drogue) seul, avec beaucoup de honte". Après sa condamnation, il s'était dit  "soulagé".
 
Enfant prodige du cinéma français, pour son rôle à 13 ans dans "La vie est un long fleuve tranquille", Benoît Magimel a obtenu fin février le César du meilleur acteur dans un second rôle pour "La Tête haute", film dans lequel il  incarne un éducateur, lui-même confronté à la délinquance dans sa jeunesse.