A Sundance, l'ex-hobbit Elijah Wood défend le cinema indépendant

Par @Culturebox
Mis à jour le 22/01/2017 à 21H33, publié le 22/01/2017 à 16H17
L'acteur Elijah Wood au festival de Sundance, le 20 janvier 2017

L'acteur Elijah Wood au festival de Sundance, le 20 janvier 2017

Au début du millénaire, l'étoile d'Elijah Wood brillait au firmament d'Hollywood, auréolée de la gloire - et des recettes - du "Seigneur des anneaux", mais depuis peu de gens sont capables de citer un de ses films. Il est à Sundance avec le premier film de l'acteur Macon Blair, une comédie sanglante.

Le jeune acteur fait partie d'un club assez fermé, celui des stars qui ont décidé de faire la chasse au bon scénario plutôt qu'au gros cachet. "D'une certaine manière, faire 'les anneaux' c'était un peu comme jouer dans le plus grand film indépendant du monde, compte tenu de l'état d'esprit qui  l'anime, et c'est ça que j'aime", a raconté l'acteur à l'AFP pendant le festival  de Sundance, le grand rendez-vous annuel du film indépendant dans les montagnes de l'Utah.
 
"Au bout du compte ce qui m'importe c'est de faire partie d'une belle histoire bien racontée, et l'échelle (du projet) n'a pas d'importance."
 
Elijah Wood est un habitué de Sundance et il y retourne cette année  pour  son dernier film, "I Don't Feel at Home in This World Anymore", une comédie sanglante dans la veine d'un Quentin Tarantino ou des frères Coen. C'est aussi  la première réalisation de l'acteur Macon Blair (sortie sur Netflix le 24 février).
"I Don't Feel at Home in This World Anymore" de Macon Blair, la bande-annonce


Un rôle comique, inhabituel pour Elijah Wood

Dans le film, Melanie Lynskey ("Créatures célestes") joue le rôle d'une  aide-soignante qui n'en peut plus de la méchanceté des gens et qui craque quand  sa maison est cambriolée. Elijah Wood, interprète le rôle de son voisin, un fan de musique métal féru d'arts martiaux. Il se frotte à un rôle comique - inhabituel pour lui - et les premières critiques ont été élogieuses.
 
Second de trois enfants, Elijah Wood a grandi à Cedar Rapids dans l'Iowa, un état rural du Midwest américain.
 
 Mais celui qui à 35 ans revendique déjà 70 rôles a eu de la chance. Sa  maman a très tôt reconnu son talent et l'a envoyé à Los Angeles pour y être vu et reconnu. C'est avec le "Avalon" de Barry Levinson, en 1990, qu'il perce.
 
Il a aussi su faire la transition - toujours délicate - d'enfant-acteur à artiste adulte dans "Deep Impact" ou encore "The Faculty".
Elijah Wood dans "Le Seigneur des Anneaux"


Il aime travailler sur "des choses qui sont un peu plus petites"

Mais c'est Peter Jackson qui a changé sa vie en lui demandant de jouer Frodon, dans la trilogie du réalisateur néo-zélandais, adaptée de la saga de Tolkien.
 
Avant "le Seigneur des anneaux", Elijah Wood était un acteur reconnu. Avec ce film, il est devenu une superstar, qui peut se permettre de choisir ses  rôles. Son interprétation dans "Eternal Sunshine of the Spotless Mind" de Michel Gondry ou sa prestation dans "Sin City" ont été très bien reçues.
 
Avec la notable exception de son retour à l'écran comme Frodon dans "Le  Hobbit", Elijah Wood a joué dans des courts-métrages ou des films indépendants dont peu de gens ont entendu parler.
 
"Parfois, quand les choses deviennent trop grosses ou incontrôlables, vous vous sentez détaché d'elles, mais cela n'a pas été le cas du tout avec 'Le Seigneur des anneaux'", souligne Elijah Wood pour expliquer ses choix. Et d'ajouter, pour bien enfoncer le clou : "J'aime travailler sur des choses qui sont un peu plus petites."

C'est Netflix qui a financé son dernier film

De fait la période est propice à des projets plus modestes mais de qualité notamment grâce à l'arrivée dans la production de Netflix ou Amazon, qui offrent des services de diffusion de films en streaming et qui font concurrence  aux grands studios. C'est d'ailleurs Netflix qui a financé son dernier film.
 
"C'est pour cela que nous venons dans des festivals comme celui-là, pour voir des films venus d'ici et du monde entier qui sont faits par des gens de cinéma" qui réalisent des choses originales et pas la énième adaptation d'un superhéros, explique-t-il. "Nous voulons voir les nouvelles voix, les nouvelles histoires qui  bourgeonnent."