"La Prisonnière espagnole": thriller sophistiqué

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 13H39, publié le 29/09/2011 à 14H59
La Prisonnière espagnole en DVD

La Prisonnière espagnole en DVD

© Carlotta Films

Avec notamment un inquiétant Steve Martin, La Prisonnière espagnole (1998) est un thriller hitchkockien aux petits oignons, dont on ne décroche pas une seconde.

L’histoire : l’employé d’un « cabinet » est l’inventeur d’un « système » qu’il vend à son employeur, alors que des concurrents sont prêts à tout pour se le procurer. Une série de rencontres et d’impromptues l’imbriquent dans un imbroglio manipulatoire, au péril de sa raison et de sa vie…

Le film : Nombre de films de David Mamet tournent autour du jeu et c’est encore à l’un d’eux qu’il nous convie. Ecrit au cordeau, il plonge avec La Prisonnière espagnole en pleine abstraction, l’enjeu étant celui de l’invention d’un « système », dont on ne connaît pas la nature. Seul le chemin parcouru compte, non le but.

Cette nature, l’on s’en moque, mais le labyrinthe dans lequel est plongé l’inventeur, non. Tout est en faux semblant dans La prisonnière espagnole. Tout le monde est suspicieux, c’est ce qui donne son piment au film, très vite intriguant, pourtant sans effet de style, faussement plat : en fait un choix de mise en scène. Rarement film n’aura joué de décors intérieurs si ouvertement artificiels. Les murs, nus, sont en carton, les portes en contreplaqué… Les extérieurs sont dignes des pires téléfilms américains. Tout et tout le monde est faux ; sauf le héros, à la Hitchcock, projeté dans une intrigue qui le dépasse. Les intrigues ! Tant le héros tombe de Charybde en Scylla.

Aussi, tout cet artifice est cohérent et envoutant, prenant, fondé sur des apparences trompeuses de bout en bout. Le film en dévoile juste assez pour susciter la suspicion du spectateur qui se plait par jeu à débusquer tous ces trompes-l'oeil.

Bonus : Hormis la bande annonce, cette sortie DVD ne comporte pas de bonus.

La Prisonnière espagnole
David Mamet (USA, 1998, 1h45)
Avec : Campbell Scott, Steve Martin, Rebecca Pidgeon
Editions Carlotta