"Une histoire de fou" : le génocide arménien de 1915 vu par Robert Guédiguian

Par @Culturebox
Mis à jour le 25/09/2015 à 18H51, publié le 25/09/2015 à 17H38
Ariane Ascaride et Serge Avédikian dans "Une Histoire de Fou" 

Ariane Ascaride et Serge Avédikian dans "Une Histoire de Fou" 

© Diaphana Distribution

Robert Guédiguian a présenté à Décines son nouveau film "Une Histoire de Fou" qui a pour thème central le génocide arménien de 1915. Le réalisateur marseillais n'a pas choisi cette ville de la banlieue de Lyon au hasard. Elle abrite la plus importante communauté arménienne de la région. Sortie nationale le 11 novembre 2015.

Pour son dernier film "une Histoire de Fou", Robert Guediguian a fait salle comble à Décines dans la métropole de Lyon. Les 600 personnes qui s'étaient déplacées au centre culturel du "Toboggan" étaient majoritairement des descendants des victimes du génocide arménien de 1915. Standing ovation et applaudissements de longues minutes après la projection du long métrage, l'émotion était palpable. Un siècle s'est écoulé, les plaies ne se referment toujours pas.

Reportage: J. Sauvadon / J. Jacquard / S. Trentesaux

Berlin, 15 mars 1921, Talaat Pacha, grand vizir et homme d'état ottoman, est tué dans la rue par Soghomon Thelirian dont la famille a été entièrement exterminée. Le jeune Arménien est acquitté quelques mois plus par un jury populaire. Le verdict de ce procès retentissant est interprété comme une condamnation morale des responsables du génocide arménien.

Soixante ans plus tard, Aram, jeune Marseillais d’origine arménienne, fait sauter la voiture de l’ambassadeur de Turquie à Paris. Un jeune cycliste qui passait là par hasard, Gilles Tessier, est gravement blessé. Aram prend la fuite, il se radicalise et rejoint l’armée de libération de l’Arménie à Beyrouth, foyer de la révolution internationale dans les années 80. Il estime que la lutte armée est le moyen le plus efficace pour imposer la reconnaissance du génocide de son peuple et la restitution de la terre de ses ancêtres.

Une Histoire de Fou - Lutte armée

Une Histoire de Fou - Lutte armée

© Diaphana Distribution


Anouch, la mère d'Aram, va à l'hôpital voir le cycliste qui a perdu l'usage de ses jambes dans l’attentat.  Elle vient demander pardon au nom du peuple arménien et lui avoue que c’est son propre fils qui a posé la bombe. Anouch devient folle de douleur à Marseille et Aram entre en dissidence à Beyrouth… jusqu’au jour où son fils accepte de rencontrer sa victime pour en faire son porte parole.

"Une Histoire de Fou" repose sur l'histoire vraie d'un journaliste espagnol, José Gurriarian, resté paralysé après un attentat à la bombe revendiqué par l'armée secrète arménienne, en 1981 à Madrid. Il a ensuite raconté son aventure dans un livre "La Bombe". "Cela m'a donné la clé du film pour entrer dans 100 ans d'histoire" explique Robert Guédiguian. Ses acteurs fétiches, Simon Abkarian et Ariane Ascaride sont au coeur de ce drame historique toujours d'actualité.

"Une Histoire de Fou" de Robert Guédiguian à partir du 11 novembre