"Médecin de campagne" : chronique humaniste avec Cluzet et Denicourt au top

Par @Culturebox
Mis à jour le 23/03/2016 à 11H46, publié le 23/03/2016 à 10H54
François Cluzet dans "Médecin de campagne" de Thoma Lilti

François Cluzet dans "Médecin de campagne" de Thoma Lilti

© Jair Sfez

Après "Hippocrate", Thomas Lilti signe son quatrième long métrage avec "Médecin de campagne", interprété par les formidables François Cluzet et Marianne Denicourt, remarquables, qui portent le film.

La note Culturebox

4
4/5

Un sujet fascinant

De formation médicale, c’est la deuxième fois de suite que Thomas Lilti  aborde le sujet de la santé. "Hippocrate" dans le milieu hospitalier, "Médecin de campagne" dans la pratique libérale de la médecine. Le scénariste et réalisateur met au cœur de son nouveau film la grave raréfaction des praticiens dans les campagnes, évoquée régulièrement par les instances de la Santé, relayée par les médias. 
"Médecin de campagne" : la bande-annonce
Ce n’est pas la première fois que les médecins ruraux sont évoqués au cinéma, en France et à l’étranger. Comme ce court métrage éponyme du film de Tilti  "Médecin de campagne" (1975) de l’Egyptien Khairi Bechara, "Docteur B., médecin de campagne" (1966) d’Alain Tanner, ou "Le Médecin de campagne" (1927) de Rupert Julian. Les métiers de la santé fascinent, comme le démontre le succès des séries télévisées "Docteur House", "Urgences", "Docteur Quinn, femme médecin", "Médecin de nuit "… Une analogie s’effectue avec le curé de campagne. Tous deux sont confrontés à une certaine solitude, des déplacements répétés, de jour comme de nuit, souvent compliqués par des conditions météo difficiles. Les maux du corps sont aussi ceux de l’âme, et le médecin est comme le curé, un confident de proximité toujours disponible.

Toutes ces digressions se retrouvent dans le film de Thomas Lilti, avec un réalisme et une justesse de ton, où mise en scène et interprétation font merveille. Dans l’élégante sobriété de l’image et des acteurs, François Cluzet (Jean-Pierre), en médecin de campagne aguerri et Marianne Denicourt (Nathalie) qu’il va initier.
François Cluzet et Marianne Denicourt dans "Médecin de campagne" de Thomas Lilti 

François Cluzet et Marianne Denicourt dans "Médecin de campagne" de Thomas Lilti 

© Denis Manin

Thomas Lilti fidèle à lui-même

Jean-Pierre est malade et doit penser à son remplacement pour sauvegarder une présence médicale dans le canton. Connu et apprécié de tous, la tâche va être ardue, d’autant que son remplacement va être assuré par une femme, dans un milieu plutôt conservateur, attaché à ses habitudes. Ces difficultés traduisent le thème sous-jacent du problème de la carte médicale en France. Jean Pierre est malade, comme la médecine rurale l’est. Si l’identification peut sembler facile, Thomas Lilti traite son sujet sans ostentation, l’introduisant par petites touches, privilégiant ses personnages, touchants, impliqués et dévoués.

Les habitants qui les entourent ne sont pas négligés, comme la vie villageoise. Ils participent de la texture du film et d’un récit toujours renouvelé. Par l’humanité qu'incarnent les protagonistes en tant qu'individu, dans leur rapport à la médecine et à la mort. François Lilti garde en même temps le ton qui caractérise ses films précédents, laissant une grande place à l’humour, passant avec tact du rire au drame, avec un sens du rythme éprouvée. Ce qui aurait pu être un chapelet de clichés, surprend et retient continuellement l’attention : passionnant, émouvant et juste.


La fiche film : Drame de Thomas Lilti - France - Avec : François Cluzet, Marianne Denicourt, Isabelle Sadoyan, Félix Moati - Durée : 1h42 - Sortie : 23 mars 2016
Synopsis : Tous les habitants, dans ce coin de campagne, peuvent compter sur Jean-Pierre, le médecin qui les ausculte, les soigne et les rassure jour et nuit, 7 jours sur 7. Malade à son tour, Jean-Pierre voit débarquer Nathalie,  médecin depuis peu, venue de l’hôpital pour le seconder. Mais parviendra-t-elle à s’adapter à cette nouvelle vie et à remplacer celui qui se croyait… irremplaçable ?