"Le Voyage de Monsieur Crulic" d'Anca Damian : une sombre histoire en couleurs

Par @Culturebox
Mis à jour le 18/12/2012 à 17H47, publié le 17/12/2012 à 16H00
La famille de Crulic lui fait ses adieux

La famille de Crulic lui fait ses adieux

© Fondivina Films

De l’aveu même de la réalisatrice Anca Damian, "Le Voyage de Monsieur Crulic" est un "Ovni". Pour son second long-métrage, la roumaine a choisi de raconter, à sa manière, l'histoire vraie de Claudiu Crulic, un Roumain emprisonné en Pologne pour un acte qu'il n'a pas commis. Le film a notamment reçu le Cristal du long-métrage au Festival du Film d'Animation d'Annecy en 2012.

Long-métrage d'animation d'Anca Damian (Roumanie), avec : Vlad Ivanov, Sandrine Bonnaire (VF), Jamie Sives (VO) - Interdit aux moins de 12 ans - Durée : 1h13 - Sortie : 12 décembre 2012

Synopsis : L'histoire vraie de Crulic, un Roumain de 33 ans, mort de façon absurde dans une prison polonaise à la suite d’une grève de la faim consécutive à une erreur judiciaire.

 

"Le Voyage de Monsieur Crulic", Bande-annonce en VF



Un film témoignage
 
Dans la veine de "Persépolis" (2007) de Marjane Satrapi et de “Valse avec Bachir” (2008) d’Ari Folman, “Le Voyage de Monsieur Crulic” est un film d’animation construit comme un documentaire. Pour le réaliser, Anca Damian a collecté de nombreux documents officiels et une centaine de photos de famille de Crulic : "Ma vie tient en pas plus de 100 photos" résume le personnage. Puis elle les a mis en scène de façon ludique dans son histoire animée : papier froissé-défroissé, plié-déplié, découpage aux ciseaux d’écolier... Ces pièces, d’une grande simplicité, composent le “splendide engrenage" du triste voyage de Crulic.
 
"Tout a commencé avec un coup de fil"... Bien qu’il soit mort, Claudiu Crulic (à qui l’acteur roumain Vlad Ivanov prête sa voix) raconte lui-même sa terrible histoire. La réalisatrice a choisi le récit à la première personne afin de permettre au spectateur de “mieux s’identifier” au calvaire de ce Roumain de 33 ans. Avec beaucoup de détails et de réalisme, Anca Damian nous décrit le système kafkaïen dans lequel Crulic se retrouve prisonnier, au sens propre comme au figuré. Cet emballement de la machine judiciaire est subtilement souligné par l’envoûtante musique de Piotr Dziubek.  Le spectateur assiste, impuissant, à la déchéance physique de Crulic, accusé à tort et agonisant dans l’indifférence générale.  “L’histoire de Crulic pourrait nous arriver”, tel est le message de compassion qu’a voulu délivrer Anca Damian... faisant ainsi de nous, spectateurs, autant de témoins de cette erreur judiciaire !


Un film doux-amer qui joue sur les contrastes

“Je crois à la complexité” affirme Anca Damian. Son film est à l’image de ses convictions : “doux-amer” ! L’horreur de la situation de Crulic et de l’univers carcéral est régulièrement contre-balancée par l’humour. "Crulic, ça veut dire lapin en polonais" explique le personnage lorsque le roumain évoque son premier voyage en Pologne. La mort permet, semble-t-il un certain recul, une délicieuse ironie : “si le film se cantonnait dans le drame, la tension deviendrait insupportable” justifie la réalisatrice.
 
“Le Voyage de Monsieur Crulic” est un portrait attachant qui donne envie de pleurer : "Quand votre chance commence à foutre le camp, y’a plus rien qui peut la retenir"... mais aussi (et heureusement) de rire ! A l’image de cette fausse publicité hilarante vantant la qualité de l’accueil et de l’infrastructure de la prison de Cracovie. “Seul un film d’animation peut donner cette liberté” conclut Anca Damian. Oui, ce film est vraiment un objet non-identifié... à ne pas rater !

 

Portrait de la réalisatrice roumaine Anca Damian

Portrait de la réalisatrice roumaine Anca Damian

© DR



Anca Damian présente son film aux spectateurs du cinéma Le Comoedia à Lyon le 17/12/2012 et du Lux à Valence le 18/12/2012.