"Dalton Trumbo" : Hollywood dans la tourmente de la "Peur rouge"

Par @Culturebox Journaliste, responsable de la rubrique Cinéma de Culturebox
Publié le 25/04/2016 à 19H13
Bryan Cranston dans "Dalton Trumbo" de Jay Roach

Bryan Cranston dans "Dalton Trumbo" de Jay Roach

© Copyright Hilary Bronwyn Gayle

Scénariste de 1937 à son décès en 1976 ("Ma femme est une sorcière", "Vacances romaines", "Spartacus"…), réalisateur de l'antimilitariste "Johnny s'en Va en Guerre", DaltonTrumbo est un des rares auteurs de scripts à être connu du grand public, pour ses affres à Hollywood sous le McCarthysme. C'est cette période que ravive le film de Jay Roach, avec un splendide casting, pour une œuvre magnifique.

La note Culturebox

5
5/5

Figure emblématique

Dalton Trumbo dépasse le strict cadre hollywoodien, étant entré dans l'Histoire comme la victime emblématique de la "Chasse aux sorcières", visant les sympathisants communistes aux Etats-Unis dans les années 50. Il ne fut pas le seul à Los Angeles, et toutes les professions furent touchées à travers le continent : enseignants, médecins, employés… Mais Trumbo fait figure d'exemple, comme plus grand scénariste américain de son temps, et pour n'avoir jamais flanché devant la Justice face aux accusations, écopant d'une peine de prison avec d'autres, surnommés "les dix d'Hollywood".
"Dalton Trumbo" : la bande-annonce
Jay Roach, derrière la caméra, ne nous a pas habitué à un tel aboutissement filmique, même si deux franchises dans le pré-carré de la comédie sont des succès retentissants de son cru :  "Mon beau-père et moi", ainsi qu'"Austin Power". "Dalton Trumbo" fait montre d'une maîtrise exceptionnelle dans le traitement du sujet, son scénario, sa mise en scène et sa distribution. Son meilleur film.

Historique et intimiste

Brian Cranston, très présent dans les séries TV, mais vu également notamment dans "Argo", "Drive", "Little Miss Sunchine"... trouve là son meilleur rôle. Diane Lane, qui joue sa femme, ne démérite pas à son côté, tout comme la jeune Elle Fanning ("Maléfique, "Super 8", "L'Etrange histoire de Benjamin Button"…), interprète de sa fille aîné Niki, au premier plan dans la vie de Trumbo. Mais la palme revient à Helen Mirren dans le rôle de Hedda Hopper, mégère de la presse d'Hollywood qui faisait la pluie et le beau temps des stars, de sa plume au vitriole. Quant à John Goodman il campe avec délice un producteur de séries B et Z.
Helen Mirren dans "Dalton Trumbo" de Jay Roach

Helen Mirren dans "Dalton Trumbo" de Jay Roach

© Copyright Hilary Bronwyn Gayle
Sans jamais tomber dans l'académisme, écueil répété des grands sujets ou biopics traités par Hollywood, "Dalton Trumbo" visualise une reconstitution au cordeau des années 50 américaines, sans ostentation. Il était facile de sombrer dans la facilité et d'enfoncer des portes ouvertes sur l'anticommunisme primaire américain de la guerre froide. La tenue de front de ce contexte politique avec ses répercutions sur la vie professionnelle et familiale de Dalton Trumbo varie les points de vues et relance sur plusieurs niveaux l'intrigue. Jay Roach, dans un registre qui ne lui est guère familier, réalise un film didactique, sans être trop appuyé, au rythme d'un thriller, au croisement de l'Histoire et de l'intime. Elégant et passionnant
L'affiche de Dalton "Trumbo"

L'affiche de Dalton "Trumbo"

© UGC Distribution
La fiche film
Drame de Jay Roach (Etats-Unis), avec Bryan Cranston, Diane Lane, Helen Mirren, Elle Fanning, John Goodman, Adewale Akinnuoye-Agbaje - Durée : 2h04 - Sortie : 27 avril 2016
Synopsis : Hollywood, la Guerre Froide bat son plein. Alors qu’il est au sommet de son art, le scénariste Dalton Trumbo est accusé d’être communiste. Avec d’autres artistes, il devient très vite infréquentable, puis est emprisonné et placé sur la Liste Noire : il lui est désormais impossible de travailler.
Grâce à son talent et au soutien inconditionnel de sa famille, Il va contourner cette interdiction. En menant dans l’ombre un long combat vers sa réhabilitation, il forgera sa légende.