Le "Festival des Étoiles 2015" a refait le monde en documentaire

Par @Culturebox
Mis à jour le 08/11/2015 à 23H56, publié le 06/11/2015 à 16H25
"Les garçons de Rollin"de Claude Ventura, prix du public festival des Étoiles

"Les garçons de Rollin"de Claude Ventura, prix du public festival des Étoiles

Ce week-end au Forum des Images à Paris, la Scam organisait comme chaque année depuis 10 ans, le Festival des Étoiles. L'occasion pour les amateurs de documentaire de voir ou revoir, gratuitement et sur grand écran, le meilleur de la production française. "Les garçons de Rollin" de Claude Ventura a décroché le prix du public.

C'était la grand-messe du documentaire ce week-end au Forum des Images. Pour cette  10ème édition du Festival des Étoiles, un échantillon du meilleur de la production audiovisuelle était proposé. Et pour la première fois depuis sa création, un prix du public était décerné. Il est revenu au documentaire de Claude Ventura, "Les garçons de Rollin". En se replongeant dans les archives, les documents, registres et photos de classe du lycée Rollin à Paris durant la Seconde Guerre mondiale, le réalisateur dresse un portrait poignant d'une génération face à l'Histoire.  
Pour la soirée de clôture, "La sociologue et l'ourson" d'Étienne Chaillou et Mathias Théry, le fils de la sociologue Irène Théry, était diffusé en avant-première devant une salle comble et le président de la République François Hollande venu y assister, un peu à l'improviste. Un film qui retrace un an de débats autour du mariage pour tous et de la parentalité homosexuelle où les différents protagonistes sont représentés dans une sorte de théâtre de peluches et de marionnettes. Un documentaire intelligent et passionnant qui a conquis le public.
"Cette fête du documentaire est essentielle tant, dans cette société du spectacle, l'immédiateté supplante la réflexion", a estimé Anne Georget, présidente de la Scam (société civile des auteurs multimédia). Des documentaires retenus pour l'originalité de leur démarche, la singularité de leur regard ou leurs qualités formelles.
Anne Georget, présidente la Scam

Anne Georget, présidente la Scam

© Matthieu Raffard

30 films retenus

Un regard subjectif, diverse, parfois accablé mais toujours curieux et intelligent. Voilà ce que l'on peut retenir de la programmation de cette année. Et la sélection n'avait pas d'ailleurs pas été tâche aisée. "Nous avons reçu près de 400 candidatures de réalisateurs. Un jury d'auteurs composé de cinq personnes dont Stan Neumann, Philippe Baron, Floriane Devigne ou Jean-Robert Viallet a ensuite dû en garder 30 sur les 60 présélectionnés".
 
Quant aux critères, à l'image de ce qu'est le documentaire, ils étaient pour le moins subjectifs. "Nous n'avons jamais voulu imposer des critères particuliers et nous ne commencerons pas aujourd'hui", souligne Anne Georget. Ni thème précis, ni durée prédéfinie. L'anti formatage comme guide. "Simplement quelque chose qui se passe et qui fera sortir un documentaire du lot."

Une programmation riche et éclectique

Et au vu de la programmation riche et éclectique qui a été proposée, on veut bien la croire. Parmi ces 30 films, il y avait le "Voyage en barbarie" de Delphine et Cécile Allegra. Prix Albert Londres 2015 et qui revient sur un trafic humain d'une monstruosité infinie. Celui de milliers d'Érythréens, kidnappés, emprisonnés et torturés dans le Sinaï par des Bédouins qui exigent une rançon aux familles. "L'Harmonie" de Blaise Harrion qui dresse, avec un rare sens du cadre, un portrait de groupe de l'ensemble musical de Pontarlier, dans le Doubs. Ou encore "Les Invisibles" de Sébastien Lifshitz, qui retrace le trajet de vie poignant d'hommes et de femmes gays d'âge mur.