Denis Robert : "Pour ce pays, Cavanna a été aussi important que Pompidou ou Giscard"

Par @Culturebox
Mis à jour le 05/02/2016 à 12H17, publié le 05/02/2016 à 12H10
François Cavanna en 2008 à Paris

François Cavanna en 2008 à Paris

© François Guillot

Sorti en juin dernier, le film "Cavanna, jusqu'à l'ultime seconde j'écrirai" réalisé par Denis Robert et sa fille Nina, est nommé pour le César du meilleur documentaire. A quelques semaines de la cérémonie le père et la fille reviennent sur la genèse du projet et leur désir de faire connaitre aux plus jeunes cette figure emblématique de la presse satirique qui aura marqué la société française

Reportage : S.Dangin, F.Carretier, L.Debruyne


Il aura fallu près de cinq ans pour que le projet aboutisse. Un projet stoppé à deux reprises, en janvier 2014 lors de la mort de Cavanna et un an plus tard en janvier 2015 après l'attentat contre Charlie Hebdo dont Cavanna était l’un des illustres fondateurs.
 
Le film mélange des entretiens avec Cavanna enregistrés peu de temps avant sa mort alors qu’il luttait contre la maladie de Parkinson, et des archives oubliées et des témoignages inédits comme ceux de Siné, Willem ou encore Delfeil de Ton.
 
Nina et Denis Robert ont voulu nous faire découvrir le vrai visage du fondateur de Hara Kiri, loin de l’image de macho, multipliant les blagues salaces, fêtard et provocateur invétéré.  
 

C’était quelqu’un de timide, un amoureux des femmes, et un poète. Mais un poète particulier…

Nina Robert

 

 

Clearstream aux César

Denis Robert sera doublement présent à cette cérémonie des César 2016 avec "L’Enquête" le film de Vincent Gareng qui revient aux sources de la ténébreuse histoire Clearstream en suivant l'enquête du journaliste (interprété par Gilles Lellouche) qui avait déclenché le scandale en 2001 en dénonçant cette institution financière luxembourgeoise inconnue du grand public, comme une grande lessiveuse d'argent sale. Le film concoure pour le César de la meilleure adaptation.