"L'intelligence des arbres", le documentaire qui change le regard sur la forêt

Par @Culturebox
Mis à jour le 22/09/2017 à 23H10, publié le 22/09/2017 à 17H40
"L'intelligence des Arbres" de Julia Dordel.

"L'intelligence des Arbres" de Julia Dordel.

© Jupiter Films / DR

Les arbres ont de la mémoire, ressentent la peur, communiquent entre eux, s'entraident et les plus âgés prennent soin des jeunes pousses. C'est à peine croyable mais pourtant confirmé par les scientifiques. Le documentaire "L'intelligence des arbres", en salles mercredi 27 septembre, explore leur mode de communication et l'affirme : les arbres sont des êtres sociaux.

Une grande famille

Signé Julia Dordel, née en Allemagne et diplômée en "sciences de la forêt" de l'université de Colombie britannique à Vancouver (Canada), le film envisage les arbres comme des membres d'une famille, connectés entre eux et qui s'occupent les uns des autres.

"J’avais une grande admiration pour les merveilles de la nature", explique la réalisatrice. "Mais par dessus tout, je me suis dit : c’est quelque chose que tout le monde, que chacun d’entre nous, doit savoir. Cette connaissance incroyable que nous, les scientifiques, avons sur le monde dans lequel nous vivons doit être partagée avec tous !"

Son documentaire donne la parole à plusieurs personnes. En premier lieu à Peter Wohlleben, l'ingénieur forestier allemand auteur du best-seller "La vie secrète des arbres" qui a émerveillé les amoureux de la nature et s'est vendu à plus d'un million d'exemplaires.

 

"Un immense réseau souterrain"

Outre ce témoignage capital, le film rend notamment compte des recherches d'une ancienne forestière devenue professeur d'Ecologie forestière à l'Université de Colombie britannique, Suzanne Simard.

Elle explique avoir constaté que dans une forêt, "tous les arbres emmêlaient leurs racines en un immense réseau souterrain unique et commun à tous". Son équipe de chercheurs, raconte-t-elle, a "découvert que des molécules de carbone circulaient d'un arbre à l'autre" tout comme des molécules d'azote, de phosphore ou d'hydrogène.

Ces échanges se font par l'intermédiaire du mycélium, des réseaux de filaments formés par des champignons qui sont en contact avec les racines des arbres. Ce vaste réseau souterrain, sorte d'"internet de la forêt" ("wood wide web" en anglais) permet aussi aux arbres de délivrer des signaux chimiques en cas de peur ou autre stress, précise Suzanne Simard.

Cette vision de la forêt implique d'autres notions, comme celle d'"arbres-mères", de vieux arbres grâce auxquels les plus jeunes se branchent sur le réseau commun.

Le film plaide pour une approche plus respectueuse de la forêt, souligne Julia Dordel dans les notes de production. Il s'agit de permettre aux arbres de "se développer de façon naturelle, entre espèces différentes (..), de vieillir et de cultiver leur progéniture".

Moyen métrage (45 mn), "L'intelligence des arbres" est présenté avec un "complément de programme" de 35 mn, "Les trésors cachés des plantes".