François Ruffin, réalisateur de "Merci patron !", s'engage contre le vote PS

Par @Culturebox
Mis à jour le 08/06/2016 à 14H55, publié le 06/06/2016 à 18H15
François Ruffin sur le plateau de BFMTV le 15 mai 2016

François Ruffin sur le plateau de BFMTV le 15 mai 2016

© Philippe Lavieille / PhotoPQR / Le Parisien / MaxPPP

François Ruffin, journaliste, fer de lance de la Nuit Debout et réalisateur du documentaire "Merci patron !", a annoncé à l'AFP le lancement mardi d'une campagne contre le vote PS. Ses motivations : "l'absence de rébellion massive contre la loi travail" des parlementaires socialistes.

Outre la loi travail, François Ruffin, 40 ans, entend dénoncer la poursuite de la "parenthèse libérale" ouverte par Pierre Mauroy en 1983. "On ne sera pas là pour voter pour eux dans un an", promet l'auteur du documentaire "Merci patron !"


La campagne part mardi d'Amiens, où est publié le journal "Fakir" dont François Ruffin est le rédacteur est chef, et compte s'étendre à d'autres circonscriptions, avec des actions prévues devant plusieurs bureaux du PS, dont le siège national rue de Solférino à Paris.

"Informer les électeurs, responsabiliser les députés"

"Nous ne voterons plus PS", proclament plus de 50.000 tracts qui vont être distribués dans la Somme, dans la circonscription de la députée socialiste et secrétaire d'État chargée des personnes âgées, Pascale Boistard.

"Il s'agit d'informer les électeurs pour responsabiliser les députés", a déclaré le réalisateur, auréolé du succès de son film militant dans lequel il tourne en dérision le géant du luxe LVMH et son PDG Bernard Arnault.

Le journal a préparé un tract par département, listant les votes des députés socialistes sur des questions économiques et sociales, telles que le pacte de responsabilité ou le pacte budgétaire européen. Ce tractage est le "début d'une campagne qui va se prolonger en septembre", à l'approche de la présidentielle et des législatives, a indiqué François Ruffin.

Fakir propose aussi de "nouveaux accords de Matignon", qui reprennent des points d'un socle historique de la gauche, le Programme du Conseil national de la Résistance, mais aussi certaines propositions de François Hollande en 2012.

"Voter PS au second tour en bon républicain, c'est fini"

Par ailleurs, dans "Libération", le journaliste-réalisateur décrit l'ampleur de sa déception vis-à vis des dirigeants du PS : "Comment ne pas leur en vouloir ? Le +socialisme+ est un si joli mot, avec une si belle histoire : voyez comme ils le défigurent. Comme ils en font un synonyme de renoncement, de paillasson des banquiers ? Il y a 80 ans, le 7 juin 1936, avec le Front populaire et le Parti socialiste, étaient signées les conventions collectives. Pour fêter cet anniversaire, le PS de François Hollande démolit le code du travail !"

"Pourtant, j'ai toujours voté PS au second tour, en bon +républicain.de gauche+. Désormais, c'est fini", promet le réalisateur à la veille du lancement de sa campagne contre le PS motivée par l'espoir de fermer la "parenthèse libérale".