L'actrice Jeanne Moreau est décédée à l'âge de 89 ans

Par @Culturebox
Mis à jour le 01/08/2017 à 10H44, publié le 31/07/2017 à 10H58
Jeanne Moreau à Venise (1990)

Jeanne Moreau à Venise (1990)

© Marcello Mencarini / Leemage / AFP

L'actrice s'est éteinte lundi 31 juillet à son domicile, à l'âge de 89 ans. Avec sa beauté sensuelle teintée de lassitude et sa voix incomparable, Jeanne Moreau laisse l'empreinte d'une actrice éclectique et d'une femme libre.

Jeanne Moreau, comédienne, actrice et réalisatrice, est décédée lundi 31 juillet à l'âge de 89 ans. Selon Closer, Jeanne Moreau a été retrouvée sans vie à son domicile vers 7h30 du matin. L'actrice, aux plus de 65 ans de carrière, était devenue célèbre grâce à son rôle dans "Ascenseur pour l'échafaud" de Louis Malle. 

Reportage : M. Bonnot / C. Ferron / I. Palmer

Plus de 130 films, avec les plus grands réalisateurs

Figure incontournable du cinéma français, elle avait également marqué les esprits dans "Jules et Jim", de François Truffaut. Au cours de sa longue carrière, elle a tourné dans plus de 130 films, avec les plus grands : Luis Buñuel, Theo Angelopoulos, Wim Wenders, Rainer Werner Fassbinder, Michelangelo Antonioni, Joseph Losey, Orson Welles ou encore François Truffaut, Louis Malle, André Téchiné et Bertrand Blier.

Jeanne Moreau dans "Ascenseur pour l'échafaud" de Louis Malle (1958)

Née en 1928 à Paris d'un père restaurateur et d'une mère danseuse anglaise Jeanne Moreau fait ses débuts sur les planches, au Conservatoire de Paris puis jeune pensionnaire à la Comédie-Française. A 19 ans, elle participe à son premier festival d'Avignon, à l'affiche de trois créations dramatiques, dont "Richard III" de Shakespeare mis en scène par Jean Vilar. Tout au long de sa carrière, elle a continuera à jouer dans des pièces de théâtre, de "La Machine infernale" de Jean Cocteau avec Jean Marais (1954) à "Le Condamné à mort" de Jean Genet (2010), repris en 2011 à Avignon avec le chanteur Etienne Daho.

En 1951, elle est repérée par Orson Welles. Trois ans plus tard, elle signe son premier grand rôle au cinéma dans "Touchez pas au grisbi", de Jacques Becker. En 1975, sa rencontre avec Louis Malle pour "Ascenseur pour l'échafaud" en 1957 est déterminante. Un an plus tard, "Les Amants" (Lion d'Or à Venise) a été "un cadeau de rupture". "Je suis toujours partie la première, je n'aime pas être abandonnée", disait-elle.

Reportage : N. Hayter, C.Ferron



 

"Jules et Jim" : un tournant

En plein chagrin d'amour, elle fait la connaissance de Marguerite Duras, Margaux comme elle l'appelle. "Comme j'étais devenue une star, que je pouvais imposer le sujet, le metteur en scène, l'acteur, je me suis dit : je vais rencontrer cette femme. Je lui ai écrit, elle m'a reçue". Duras la dirigera dans "Nathalie Granger" (1973).
Jeanne Moreau chante "Le tourbillon de la vie", dans "Jules et Jim" de François Truffaut (1962)
Au fil des ans, elle travaille avec les plus grands réalisateurs et collectionne les films phare de la Nouvelle Vague. L'année 1962 marque un tournant dans sa carrière avec la sortie de "Jules et Jim", de François Truffaut, qui a eu un vif succès, notamment chez les jeunes générations. Elle interprète le titre phare de la bande originale du film, "Le Tourbillon de la Vie", qui lance sa carrière de chanteuse. En 1995, Vanessa Paradis avait rendu un hommage à l'actrice lors du festival de Cannes, en chantant "Le Tourbillon de la Vie". Ce duo avec l'actrice est resté dans les mémoires. Femme libre, moderne, Jeanne Moreau était aussi connue pour sa voix rauque et sensuelle, reconnaissable entre toutes. 

Trois César, un Oscar d'honneur

En 2000, elle devient la première femme élue à l'Académie des beaux-arts de l'Institut de France. En 1992, elle a obtenu le César de la meilleure actrice pour "La vieille qui marchait dans la mer", suivi de deux César d'honneur en 1995 et en 2008. En 1998, l'Académie des arts et des sciences du cinéma lui a décerné un Oscar d'honneur. 

Reportage : M. Tissier, O.Sauvayre



Lauréate du prix d'interprétation féminine 1960 à Cannes (pour "Moderato Cantabile"), elle fut la seule comédienne à avoir présidé deux fois le jury de ce Festival (en 1975 et 1995). Elle y a aussi été plusieurs fois maîtresse de cérémonie. 

Jeanne Moreau dans "Jules et Jim" de François Truffaut (1962)

Jeanne Moreau dans "Jules et Jim" de François Truffaut (1962)

© Films du Carrosse / Collection Christophel / AFP

"Mystique et frivole"

A la veille de ses 80 ans, elle reconnaissait avoir vécu dans son métier des moments de passion qu'elle n'avait pas vécus dans sa vie. "On dit toujours qu'en vieillissant les gens deviennent plus renfermés sur eux-mêmes, plus durs. Moi, plus le temps passe, plus ma peau devient fine, fine... Je ressens tout, je vois tout", notait-elle avec son phrasé inimitable. 

Jeanne Moreau se disait "mystique et frivole", capable de s'angoisser pour le drame du Darfour mais aussi d'aimer l'élégance et les belles choses. Elle aimait comparer la vie à un jardin, "un jardin en friche qu'on nous donne à la naissance" et qu'il faut "laisser beau au moment de quitter la terre".

Le président Emmanuel Macron a rendu hommage à l'actrice Jeanne Moreau : "une artiste qui incarnait le cinéma dans sa complexité, sa mémoire, son exigence". "Il est des personnalités qui à elles seules semblent résumer leur art. Jeanne Moreau fut de celles-ci. Avec elle disparaît une artiste qui incarnait le cinéma dans sa complexité, sa mémoire, son exigence", a salué le chef de l'État dans un communiqué publié par l'Elysée lundi 31 juillet.