Décès de Jacques Debary, le commissaire Cabrol des "Cinq dernières minutes"

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 12/12/2011 à 16H27
Jacques Debary en 1975

Jacques Debary en 1975

© MEUROU/SIPA

Jacques Debary, comédien de théâtre, de cinéma et de télévision, qui incarna pendant quinze ans le commissaire Cabrol dans la série télévisée "Les Cinq dernières minutes", est décédé vendredi à l'âge de 97 ans.

Né le 25 novembre 1914 à Saint-Quentin, dans l'Aisne, Jacques Debary exerce d'abord comme instituteur en Picardie et démarre sa carrière d'acteur sur le tard, à près de cinquante ans, d'abord au théâtre où il joue Orgon dans "Tartuffe" de Molière. Suivront principalement des classiques, Anton Tchekhov (La cerisaie), Bertold Brecht (Tambours et trompettes), Shakespeare (Le roi Lear, Hamlet), Isaac Babel (Marie) ou Racine (Bérénice). Il sera dirigé par de grands noms, comme Patrice Chéreau ou Peter Brook, avant de faire son entrée comme pensionnaire à la Comédie française, en 1984.

Jacques Debary jouera sa dernière pièce, "Un mari idéal" d'Oscar Wilde, à l'âge de 84 ans. Mais cet acteur à l'éternelle moustache est surtout connu du grand public pour son rôle de commissaire Cabrol, dans la série policière télévisée "Les Cinq dernières minutes", qu'il a incarné entre 1975 et 1992. Au point de se sentir "envahi" par ce rôle: "Cabrol c'est moi. Il est dans mes activités et il s'impose à moi", disait-il en 1986, lors du tournage d'un épisode de cette série policière. "Il perturbe sûrement ma carrière télé-cinéma. Quand j'ai commencé Cabrol, un metteur en scène m'a dit +nous perdons un bon comédien+. Mais Cabrol me fait vivre. C'est la sécurité. Pas la fortune, mais une aisance certaine", disait-il. 

Une trentaine de films

Parallèlement, entre 1967 et 1993, il jouera dans une trentaine de films dont "Borsalino and Co" (1974), de Jacques Deray avec Alain Delon entre autres, "La scoumoune" (1972) de José Giovanni avec Jean-Paul Belmondo et Claudia Cardinale, "Le voleur" (1967) de Louis Malle, toujours avec Belmondo, ou "Le fantôme de la liberté" de Luis Bunuel (1974). 

Les obsèques de Jacques Debary auront lieu vendredi au funérarium des Batignolles, avant le transfert du corps, le même jour, au cimetière de Montparnasse.