"Zouzou" et sa grande famille, sexe à tous les étages !

Par @pygrenu Rédacteur en chef de Culturebox
Publié le 21/12/2014 à 08H00
Solange et ses trois filles dans "Zouzou"

Solange et ses trois filles dans "Zouzou"

© Happiness Distribution

Pour son premier long métrage, Blandine Lenoir a choisi la comédie et un sujet éternel : le sexe. Qu'à vrai dire on voit peu, mais dont on parle énormément. Souvent drôle, ce film manque parfois de souffle.

La note Culturebox
2 / 5                  ★★☆☆☆

Comédie française de Blandine Lenoir – Avec Florence Muller, Laure Calamy, Sarah Grappin, Olivier Broche, Jeanne Ferron, Philippe Rebbot et Anouk Delbart – Durée : 1h22 – Sortie : 24 décembre 2014

Synopsis : Une grande maison à la campagne. Solange, la soixantaine, ses 3 filles Agathe, Marie et Lucie, et sa petite fille de 14 ans, Zouzou, s'y retrouvent pour quelques jours. L'occasion pour Solange de leur annoncer une grande nouvelle : elle a un homme dans sa vie. Depuis le temps ! Alors la sexualité on en parle ? Ou c’est comme la politique, on dit rien ?
Au même moment, une jeune fille de 14 ans découvre donc le sexe, tandis que sa grand-mère cherche les mots pour annoncer à ses enfants qu'elle a de nouveau un homme dans sa vie. Malin, pour amorcer une série de séquences souvent amusantes, qui, au-delà de nous faire rire ouvrent le débat sur l'égalité face au sexe, ou sur la difficulté de transmettre les informations qui permettront de vivre pleinement sa première expérience.

Tout le monde se donne beaucoup de mal, ce film à petit budget est sympathique… mais ne décolle jamais tout à fait. On voudrait l'aimer davantage, mais ses faiblesses nous en empêchent. La réalisation appliquée de Blandine Lenoir est trop standardisée, manque d'ambition. Difficile, pour tout dire, de distinguer ce film des séries françaises qui cultivent le même terreau à la télévision (lesquelles sont d'ailleurs de plus en plus léchées).

On rit parfois de bon cœur, mais ça ne fonctionne pas toujours, comme ces séquences oniriques, où les protagonistes s'échappent de la réalité. Lourdingues, trop longues, elles plombent le rythme du film.
"Zouzou" de Blandine Lenoir. © Happiness Distribution
Pour autant, le casting est globalement une réussite, avec une bande d'acteurs qui fonctionne bien : Florence Muller, la quarantaine hyper-angoissée ; Olivier Broche, l'ex-Deschiens en amant invité-surprise ; Laure Calamy, l'institutrice libérée ou Philippe Rebbot, vraiment très drôle en père pas tout à fait fini ; mais il a aussi des points faibles. Les séquences impliquant la voisine ex-star de la télé tombent à plat.
"Zouzou" de Blandine Lenoir  © Happiness Distribution
Reconnaissons que déclencher le rire du spectateur reste un art délicat, et surtout pas une science exacte. "Zouzou" a le mérite de mettre au travail plusieurs fois nos zygomatiques et c'est déjà ça. Un demi-succès, rien de déshonorant pour un premier film.