Un "Orage" saisissant

Par @Culturebox
Mis à jour le 05/10/2015 à 18H54, publié le 05/10/2015 à 16H23
Marina Foïs et Sami Bouajilia dans "Orage"

Marina Foïs et Sami Bouajilia dans "Orage"

© Rezo Films

Pour son premier long métrage, Fabrice Camoin signe une adaptation de "Dix heures et demie du soir en été" de Marguerite Duras, à la fois envoûtante et saisissante. On se trouve tout de suite emporté, avec les personnages, dans la spirale haletante et infernale dans laquelle ils vont sombrer.

La note Culturebox

4
4/5
Un soir d'orage dans une petite ville non loin de la frontière espagnole. Un soir d'adultère. De meurtre. Le soir où Maria (Marina Foïs), alors en route pour l'Espagne avec son mari Pierre, leur fille Judith et Louise, une amie du couple, échouent dans un hôtel bondé. La pluie est bien trop forte pour gagner Séville. C'est là, dans la chaleur étouffante de la nuit, que Maria, sorte de bourgeoise alcoolique qui n'a plus goût à rien, croise la route de Nabil (Sami Bouajila), un homme fruste et mutique. Il vient de tuer sa femme et son amant et tente de se cacher. Une rencontre sans parole, improbable et éphémère. Maria lui propose qu'ils s'enfuient, direction l'Espagne, puis le Maroc. Nabil, qui n'a pourtant aucune envie d'être sauvé, s'exécute malgré lui. 

Fabrice Camoin, après deux cours métrages, adapte, pour son premier long métrage, un roman de Marguerite Duras. Une adaptation libre où le réalisateur ne cherche pas à retranscrire cette langue si singulière de Duras, mais plutôt à faire vivre les sensations qui naissent du roman. 
Marina Foïs dans "Orage"

Marina Foïs dans "Orage"

© Rezo Films

Une Marina Foïs brute et touchante de sincérité

Ainsi, le personnage de Nabil n'est plus un paysan du coin comme dans le bouquin, mais un ouvrier d'origine maghrébine condamné à retraverser la Méditerranée et à repartir d'où il s'est en quelque sorte échappé. Le spectateur s'engouffre dans cette histoire, dans leur histoire. Les plans "caméra à l'épaule" permettent cette plongée dans l'écran. Une caméra qui deviendra encore plus mobile à partir de la rencontre entre les deux personnages, pour ne plus les quitter.

On se rapproche alors inexorablement de Maria jusqu'à se retrouver à l'intérieur de son crâne, au plus près de sa confusion, de sa fatigue de l'existence, de sa paranoïa. Fabrice Camoin montre ici de réelles aptitudes à la direction d'acteurs. On retrouverait presque la Marina Foïs de "Darling", sublime et touchante de sincérité. Elle semble au-dessus d'elle-même, spectatrice de sa propre vie et de sa passion qui s'ébauche avec Pierre. Et sous le ciel anthracite, chargé d'orages menaçants, l'alcool est son seul carburant. Avant qu'elle ne le remplace par un autre. Un fantasme. Cet acte d'une beauté romanesque qui la transporte et qui redonne presque un sens à sa vie: ce crime passionnel de Nabil. Certainement parce que cette violence des sentiments est à mille lieues de ce qu'elle est en train d'éprouver dans sa propre vie. Elle va tenter de pénétrer dans ce bloc d'opacité qu'est pour elle Nabil. Un personnage mutique que son crime tourmente. Qui paraît se noyer dans les limbes de sa propre existence. Un personnage qui fuit mais qui ne semble n'avoir plus qu'une envie, mourir, lui aussi.
Sami Bouajila dans "Orage"

Sami Bouajila dans "Orage"

© Rezo Films

Entre le film de genre et le drame psychologique

Sami Bouajila, en monstre froid, minéral est troublant de justesse et de retenue. L'âpreté et la tension de leur confrontation ne retombent à aucun instant. On se retrouve alors autant dans une cavale proche du film de genre que dans le drame psychologique auquel on aurait pu s'attendre, tant l'intrigue s'étire efficacement.
 
Et on est là, avec eux dans cette course effrénée, à suffoquer et rôtir sous le soleil ardent de l'Espagne, en se disant que, malgré tout, ce serait quand même pas mal qu'on s'en sorte tous. 

Drame de Fabrice Camoin – Avec Marina Foïs, Sami Bouajila, Valérie Donzelli et Louis-Do de Lencquesaing . Durée : 1h23 – Sortie : 7 octobre 2015.

Synopsis : Un violent orage bloque Maria et sa famille sur la route des vacances. Ils se réfugient dans une petite ville, près de la frontière espagnole, où la police recherche un homme qui vient de tuer sa femme et son amant. En pleine nuit, Maria se retrouve par hasard face au meurtrier. Croyant échapper à ses propres démons, elle décide de s'enfuir avec lui...