"Turbo" : drôles d'escargots très animés, à 100 à l'heure

Par @Culturebox Journaliste, responsable de la rubrique Cinéma de Culturebox
Mis à jour le 18/10/2013 à 20H15, publié le 18/10/2013 à 18H10
"Turbo" de David Soren

"Turbo" de David Soren

© Twentieth Century Fox France

Les créateurs de "Madagascar" et de "Kung Fu Panda" ont encore frappé ! Ils persistent et signent dans leur tendance "foldingue" en inventant un escargot fou de vitesse, concourant pour un grand prix de formule 1. Mais où vont-ils chercher tout ça ? Très "fun", barré, coloré et jubilatoire, "Turbo" met le pied sur le champignon !

Film d'animation de David Soren (Etats-Unis) - 1h36 - Sortie : 16 octobre 2013
Film en 3D dans les salles équipées

Synopsis : Turbo est un escargot qui n’a qu’un seul rêve en tête : être incroyablement rapide ! Son obsession pour la vitesse l’a rendu quelque peu impopulaire chez les siens, où lenteur et prudence sont de rigueur. Mais il est hors de question pour lui de se conformer. C’est alors que se produit un étrange accident qui lui donne soudainement le pouvoir de foncer à toute vitesse. Il s’embarque alors dans une aventure extraordinaire pour accomplir son invraisemblable destinée : courir contre le plus grand champion de course automobile, Guy La Gagne. Avec l’aide d’une équipe d’escargots aussi rusés que stylés, l’ultime outsider Turbo mettra tout son cœur – et sa coquille, pour prouver qu’aucun rêve n’est trop grand, aucun rêveur n’est trop petit.
"Turbo" : la bande-annonce

Sortir du potager
La section animation de Dreamwoks a compris qu’elle ne devait pas persister à mettre en scène des personnages humains dans ses films, en raison d’un manque de rendu des matières avec le numérique, qui les font passer pour du "plastoc". Mais cela marche très bien avec les animaux, fil rouge de tout le cinéma d’animation. Appliquer cette règle à une histoire d’escargots, de plus engagés dans une compétition de F1, ne relevait pas moins de la gageure. Pari tenu grâce à un scénario savoureux et une mise en images des plus classes.

On rit beaucoup à "Turbo", parce que le monde de ces escargots placides dans leur potager nous ressemble beaucoup : aller dans le sens du vent, ne rien changer, subissons… est le meilleur moyen de durer… lentement ! jusqu’à ce qu’un trublion vienne changer les choses : révolution ! Le nommé Turbo rêve de vitesse et ses rêves vont se réaliser à l’encontre de la société dans laquelle il vit, à en devenir un paria. Si sa métamorphose est due à un coup du hasard, de la chance, c’est que cette dernière se provoque par la volonté. Selon le viel adage, aides-toi, le ciel t’aidera ; plus : "Si tu le veux, tu le peux". C’est cette leçon qui pointe derrière "Turbo".

"Turbo" de David Soren

"Turbo" de David Soren

© Twentieth Century Fox France

Pour le « fun »
Cette leçon extrêmement positive à l’attention des jeunes générations, s’agissant d’un film qui leur est plus particulièrement destiné, l’est aussi pour leurs parents. Ils y prendront grand plaisir, tant le film est amusant, loin de toute puérilité, avec ses escargots (oui des escargots) aux franches personnalités, qui en arriveront à "customiser" leurs coquilles pour concourir sur la piste des 500 miles d’Indianapolis. La course finale est mise en scène de main de maître avec un vrai suspense de bout en bout. Frémissant et hilarant.

Les maîtres d’œuvre sont parvenus à relever un défi pas évident à tenir, en s’arrêtant sur des animaux qui sont les moins animés, s’il en est, des escargots. Ils exploitent à la perfection ce non-sens en en faisant de vrais personnages amusants et à notre reflet. Sans parler de la mise en image splendide, avec une dynamique (un comble) et des couleurs flashy à tomber : du "fun " tenu à 100 à l’heure.