"Tous en scène" : les créateurs des Minions connaissent la musique

Par @Culturebox Journaliste, responsable de la rubrique Cinéma de Culturebox
Publié le 23/01/2017 à 16H47
"Tous en scène" de Garth Jennings

"Tous en scène" de Garth Jennings

© Universal Pictures International France

"Tous en scène" était déjà le titre d’un classique de la comédie musicale signé Vincente Minnelli en 1954, avec Fred Astaire et Cyd Charisse. Le film des studios d’animation Illumination, d’Universal, reprend la formule d’une troupe créant un spectacle musical qui s’avère un four, avant de revenir aux fondamentaux et triompher à Broadway. Mais pas de remake ici, plutôt une perle d’inventivité.

La note Culturebox

4
4/5

Musical

Si "Tous en scène" est américain sous le label Illumination, les studios sont basés à Paris et bénéficie comme "Moi, moche et méchant 1-2", "Les Minions" ou "Comme des bêtes" d’une jeune équipe française talentueuse aux commandes de la conception graphique et de l’animation. A l’énoncé de leurs titres de gloire, ils ont fait leurs preuves. Ils poursuivent sur leur lancée, ce nouvel opus s’avérant une réussite à tous les étages.
"Tous en scène" : la bande annonce

La musique et le dessin animé : une vieille histoire. C’est Disney qui a imposé ce mariage dès 1929 avec ses "Silly Symphonies", puis dans ses longs métrages, obligeant qu’ils soient ponctués de numéros musicaux, dès "Blanche-Neige et les sept nains" (1937). La tradition demeure, parfois envahissante, souvent payante ("Libérée, délivrée" de la "Reine des neige"). Illumination est aussi à l’origine d’un carton avec "Happy" de Pharrell Williams, à l’origine écrit pour "Moi, moche et méchant 2". On a parlé de "film jukebox" pour "Tous en scène", tant il enchaîne tube sur tube réorchestrés, de Frank Sinatra à Kanye West, sur 65 chansons répertoriées. Et pas des moindres, extrêmement bien triés sur le volet, avec des envolés lyriques qui, par moment, donne le frisson.

Tous pour un

Mais cela serait aller un peu vite en besogne, de réduire "Tous en scène" à une suite de numéros musicaux. Leur articulation avec le sujet est parfaitement justifiée, s’agissant d’un radio-crochet ouvert aux amateurs pour monter un spectacle. C’est le scénario très inventif qui charpente et dynamise l’ensemble. Un script qui joue de six sous-intrigues, chacune d’elles consacrée à un des finalistes de la compétition, réunis sur scène pour le grand show. Aussi, grand soin est-il apporté aux personnages, tous craquants. Un koala directeur de salle sur la brèche ; une éléphante talentueuse mais traqueuse ; un gorille sensible, gangsta malgré lui ; une cochonne virevoltante mère de famille ; une porc-épic punkette larguée par son duettiste ; une souris blanche virtuose pas très blanc-bleu ; un cochon Allemand fou de funk : une palette bien sentie, bien dessinée, en phase avec l’air du temps.

"Tous en scène" de Garth Jennings 

"Tous en scène" de Garth Jennings 

© Universal Pictures International France

C’est cette imbrication de destins individuels réunis pour une cause commune qui fait le sel du film. Mais aussi la technique. Illumination fait jusqu’ici un sans-faute, tant dans la conception graphique que l’animation et finalement la mise en scène. Une mise en scène conduite par Garth Jennings qui tâte pour la première fois de l’animation. Un peu trop de travellings tonitruants ponctuent le film, mais ils sont contrebalancés par une réelle émotion émanant de personnages virtuels. Le pompon revient à Rosita la cochonne, à la tête de 25 porcelets, ignorée par son mari, tant, que quand elle automatise sa maison pour aller répéter le spectacle, personne ne s’aperçoit de son absence : génial. Quant au show final : Bis ! 

"Tous en scène" : l'affiche française

"Tous en scène" : l'affiche française

© Universal Pictures International France

LA FICHE

Film d'animation de Garth Jennings (Etats-Unis), Avec les voix de : VF : Patrick Bruel, Jenifer Bartoli, Elodie Martelet, Laurent Gerra, Sacha Perez - VO : Matthew McConaughey, Reese Witherspoon, Seth MacFarlane, Scarlett Johansson, John C. Reilly - Durée : 1h48 - Sortie : 25 janvier 2017

Synopsis : Buster Moon est un élégant koala qui dirige un grand théâtre, jadis illustre, mais aujourd’hui tombé en désuétude. Buster est un éternel optimiste, un peu bougon, qui aime son précieux théâtre au-delà de tout et serait prêt à tout pour le sauver. C’est alors qu’il trouve une chance en or pour redorer son blason tout en évitant la destruction de ses rêves et de toutes ses ambitions : une compétition mondiale de chant. Cinq candidats sont retenus pour ce défi: Une souris aussi séduisante que malhonnête, une jeune éléphante timide dévorée par le trac, une truie mère de famille débordée par ses 25 cochonets, un jeune gorille délinquant qui ne cherche qu’à échapper à sa famille, et une porc épic punk qui peine à se débarrasser de son petit ami à l’égo surdimensionné pour faire une carrière solo. Tout ce petit monde va venir chercher sur la scène de Buster l’opportunité qui pourra changer leur vie à jamais.