"The Humbling" : Al Pacino en pleine crise existentielle

Par @Culturebox Journaliste, responsable de la rubrique Cinéma de Culturebox
Publié le 07/04/2015 à 12H07
Greta Gerwig et Al Pacino dans "The Humbling" de Barry Levinson 

Greta Gerwig et Al Pacino dans "The Humbling" de Barry Levinson 

© Metropolitan FilmExport

Après des gros titres au box-office, "Good Morning Vietnam" ou "Rain Man", Barry Levinson n’a guère rempli les salles, et ce n’est pas faute d’avoir tourné. Il retrouve pour la seconde fois Al Pacino qu’il avait dirigé dans "You Don’t Know Jack" (2012) dans "The Humbling" (littéralement "l’humilité"), sur un acteur célèbre en plein bilan. Comme un parfum de "Birdman" dans l’air…

La note Culturebox
3 / 5                  ★★★☆☆

De Barry Levinson (Etats-Unis/Italie), avec : Al Pacino, Greta Gerwig, Nina Arianda, Dylan Baker - 1h52 - Sortie : 8 avril 2015

Synopsis : Célèbre comédien de théâtre, Simon Axler sombre dans la dépression au point de devenir suicidaire lorsqu’il perd soudainement et inexplicablement son don. Pour tenter de retrouver le feu sacré, il entame une liaison avec une lesbienne deux fois plus jeune que lui. Mais très vite, leur relation sème le chaos tandis que d’anciennes connaissances du couple réapparaissent dans leur vie... 
"The Humbling" : la bande-annonce
Dans l’ombre de "Birdman"

Ce n’est pas un hasard si Al Pacino se retrouve à l’écran dans le rôle d’un célèbre comédien de théâtre en perte de vitesse, en pleine remise en cause de son art et de lui-même. L’acteur a abordé le sujet de sa profession dans son film "Looking for Richard" (1996), où il s’interrogeait dans un docu-fiction sur la manière d’aborder le rôle de Richard III dans la pièce de Shakespeare. Dans son premier film, comme réalisateur, "The Local Stigmatic", il racontait aussi la rencontre entre deux quidams et une star de cinéma ; il a par ailleurs adapté "Salomé" d’Oscar Wilde à l’écran et jouera bientôt dans "Le Roi Lear" d’après Shakespeare.

Quant à Barry Levinson, il reste fidèle à une mise en scène classique, droit dans ses bottes, profitant au maximum de ses interprètes talentueux, qu’il s’agisse de Pacino, toujours impressionnant, ou de Greta Geving. Le film sort toutefois à une mauvaise date, dans la foulée de l’excellent "Birdman" qui voyait déjà un acteur se remettant en cause dans le cadre de la mise en chantier d’une pièce de théâtre, comme dans "The Humbling". Deux mêmes scènes, toutefois très différentes de ton, se retrouvent dans les deux films : l’enfermement à l’extérieur du théâtre de l’acteur et une fin sur un suicide. Pourtant, la similitude ne joue aucunement à l’encontre de "The Humbling".
Al Pacino dans "The Humbling" de Barry Levinson

Al Pacino dans "The Humbling" de Barry Levinson

© Metropolitan FilmExport
Comédie

Barry Levinson ne tombe aucunement dans le pensum sur la position de l’acteur et l’aborde avec beaucoup d’humour, tout comme Pacino, avec nombre de scènes de comédie. Si le comédien doute de lui-même, les situations dans lesquelles il est projeté relèvent pour beaucoup du second degré. Ainsi la situation de base, où les soixante-dix ans passés, il  se retrouve "dragué" par une jeune femme lesbienne d’une trentaine d’année. Une situation doublement impromptue et source de rebondissements.

S’il n’enthousiasme pas, "The Humbling" se voit avec beaucoup de plaisir, notamment grâce à la prestation d’Al Pacino, vraiment dans son rôle. La légèreté de ton est également un autre bon côté du film qui le dynamise en continu. Il ne passe pas pour autant à côté de son sujet, la remise en cause d’un acteur par rapport à son art, sans l’alourdir. Plaisant.