"Sully", film catastrophe humaniste de Clint Eastwood avec Tom Hanks

Par @Culturebox Journaliste, responsable de la rubrique Cinéma de Culturebox
Mis à jour le 28/11/2016 à 12H31, publié le 28/11/2016 à 11H18
"Sully" de Clint Eastwood : l'affiche américaine (détail)

"Sully" de Clint Eastwood : l'affiche américaine (détail)

© Warner Bros

Ce n’est pas la première fois que Clint Eastwood prend comme origine de son intrigue une catastrophe, puisque "Au-delà" (2011) partait du tsunami de 2004 en Thaïlande pour traiter du rapport à la mort. Il s’agit dans "Sully" de l’amerrissage "miraculeux" de l’avion de l’US Airways sur l’Hudson en 2009 et du drame humain vécu par son "héroïque" commandant de bord Chesley "Sully" Sullenberger.

La note Culturebox

3
3/5

Un héros ordinaire

Clint Eastwood rejoint la mythologie américaine, dans son approche du héros, à la différence près que ses personnages sont des anti-héros. Il jouait de cette ambiguïté dès son deuxième film "L’Homme des hautes plaines" (1973), avec son roi de la gâchette vengeur aux pratiques douteuses, qu’il déclinera dans "Josey Whales hors la loi" (1976), "Pale Rider" (1985), "Impitoyable" (1992). On pourrait ajouter à cette liste le looser paternel de "Honkytonk Man" (1982), le "héros" héroïnomane du jazz Charlie Parker de "Bird" (1987) ou le raciste justicier de "Gran Torino" (2008). La liste reste ouverte. On comprend mieux dès lors son intérêt pour Chesley "Sully" Sullenberger que l’opinion publique et les médias ont monté en héros pour avoir sauvé les 155 passagers de son avion par une manœuvre risquée, alors qu’il clame n’avoir fait que son métier, et qu’il est mis en cause par une commission d’enquête.
"Sully" : la bande annonce

En faisant appel à Tom Hanks pour le rôle, Clint Eastwood, reste fidèle à la modestie affichée de son personnage, en en gommant tout charisme par la présence effacée de l’acteur, facilement indentifiable à l’Américain moyen, employé modèle, conformiste et consensuel. Eastwood aime mettre en perspective des personnes ordinaires dans des circonstances extraordinaires. Si Sully est un commandant de bord émérite, ce qui est en soit une profession d’exception, il demeure un employé, assujetti à sa compagnie et au protocole de navigation, ce que ne cessent de lui rappeler les membres de la commission. C’est cette résistance qui va en faire un héros. Refusant d’exécuter les ordres de la tour de contrôle, il suit ce que lui dicte son expérience, plus que son instinct, ce qui le place du côté de la raison, non de l’irrationnel, de l’humain, non du mythe.  

Reportage : Elisabeth de Pourquery, N.Hayter, S.Richardson

Bird

Fidèle à son approche classique du récit, Eastwood prend comme trame le "procès" intenté à Sully et à son copilote en commission. Mais il entrecoupe son cours de retours en arrière sur l’incident, à chaque fois un peu plus détaillés. Une construction qui rappelle celle de "Bird". Les deux films s’ouvrent sur deux scènes originelles. L’enfance et l’épisode de la cymbale lancée pour ridiculiser Parker lors d’une jazz session ; le décollage et l’aspiration d’oiseaux dans les réacteurs du long courrier dans "Sully". Les deux films ont d’ailleurs comme titre le surnom de leurs personnages, ce qui les rapproche d’autant plus. Deux figures modestes, handicapées par leur stature de drogué pour Bird, d’employé pour Sully, néanmoins "musician hero" et héros national.

Aaron Eckhart et Tom Hanks dans "Sully" de Clint Eastwood

Aaron Eckhart et Tom Hanks dans "Sully" de Clint Eastwood

© Warner bros. France

Méticuleux et bon conteur, Eastwood insuffle une bonne dose de suspense dans le déroulement de l’action. Une performance d’autant plus réussie que l’on en connaît pourtant les tenants et aboutissants par avance. Il soigne le déroulement de l’incident avec l’aide de son équipe d’effets spéciaux, en concoctant les images spectaculaires de l’avion frôlant les gratte-ciel de New York, l’amerrissage, ou les rêves catastrophiques de Sully qui renvoient étrangement aux images du 11 septembre 2001. L’argumentaire du procès est savamment dosé, avec une progression minutée jusqu’au dénouement incertain. Clint Eastwood fait montre encore de son enthousiasme pour des sujets qui le touchent personnellement et le désir de les partager, en total cohérence avec son œuvre d’American hero.

"Sully" : l'affiche française

"Sully" : l'affiche française

© Warner bros. France

LA FICHE

Drame de Clint Eastwood (Etats-Unis), avec :  Tom Hanks, Aaron Eckhart, Laura Linney, Anna Gunn, Autumn Reeser - Durée : 1h36 - Sortie : 30 novembre 2016

Synopsis : L’histoire vraie du pilote d’US Airways qui sauva ses passagers en amerrissant sur l’Hudson en 2009.  Le 15 janvier 2009, le monde a assisté au "miracle sur l'Hudson" accompli par le commandant "Sully" Sullenberger : en effet, celui-ci a réussi à poser son appareil sur les eaux glacées du fleuve Hudson, sauvant ainsi la vie des 155 passagers à bord. Cependant, alors que Sully était salué par l'opinion publique et les médias pour son exploit inédit dans l'histoire de l'aviation, une enquête a été ouverte, menaçant de détruire sa réputation et sa carrière.