"Sils Maria": Olivier Assayas au sommet avec Juliette Binoche et Kristen Stewart

Par @Culturebox Journaliste, responsable de la rubrique Cinéma de Culturebox
Publié le 17/08/2014 à 11H32
Juliette Binoche et Kristen Stewart dans "Sils Maria" d'Olivier Assayas

Juliette Binoche et Kristen Stewart dans "Sils Maria" d'Olivier Assayas

© Carole Bethuel

Olivier Assayas avait entièrement conquis le dernier Festival de Cannes avec "Sils Maria", où Juliette Binoche, Kristen Stewart et Chloé Grace Moretz sont remarquables. Il y présentait en compétition un de ses meilleurs films et un des plus beaux de cette 67e édition, avec un splendide casting franco-américain.

La note Culturebox
4 / 5                  ★★★★☆

De Olivier Assayas (France/Allemagne/Suisse) , avec : Juliette Binoche, Kristen Stewart, Chloë Grace Moretz - 2h03 - Sortie : 20 août 2014

Synopsis A 18 ans, Maria Enders a connu le succès en incarnant Sigrid, jeune fille ambitieuse et au charme trouble qui fascine et conduit au suicide une femme mûre, Helena. Vingt ans plus tard, à l'apogée de sa gloire, elle reçoit à Zurich un prix prestigieux au nom de Wilhelm Melchior, l'auteur et metteur en scène de la pièce qui, quelques heures avant la cérémonie, meurt subitement. On propose à Maria Enders de reprendre cette pièce, mais cette fois de l'autre côté du miroir, dans le rôle d'Helena.
"Sils Maria" : la bande-annonce
Résilience
Un pilier du Festival : Olivier Assayas, six fois présent à Cannes, avec trois films projetés en compétition : "Les Destinés sentimentales" (2000), "Demonlover" (2002) et "Clean" (2004), "Carlos" étant projeté hors compétition en 2010. Il revenait cette année avec "Sils Maria", où une comédienne interprète à 20 ans de distance les deux rôles opposés d'une même pièce, cette situation la mettant face ses doutes. 

Comme le relèvait fort justement "Le Film Français", "Sils Maria" est au croisement d'"Eve" (1950) de Joseph L. Mankiewisz, avec Bette Davis et Anne Baxter, et "Persona" (1966) d'Ingmar Bergman, avec Bibi Andersson et  Gunnar Björnstrand.  Actrice connue et reconnue, Maria Enders (Juliette Binoche) est projetée en pleine résilience en répétant une pièce qui lui a offert le succès et la notoriété. En référence au Mankiewisz et au Bergman, Assayas emmène dans un huis-clos Juliette Binoche et son assistante (Kristen Stewart) dans les Alpes suisses pour répéter la pièce, avec de curieux processus psychologiques entre les deux femmes qui vont recréer dans leur relation la dramaturgie originale.
Juliette Binoche et Kristen Stewart dans "Sils Maria" d'Olivier Assayas

Juliette Binoche et Kristen Stewart dans "Sils Maria" d'Olivier Assayas

© Carole Bethuel
Transfert
Magnifique sujet, d'une écriture élégante, passionnante et sensible, orchestré par Olivier Assayas, à l'origine d'un projet de son cru et à la mise en scène fulgurante. Bénéficiant d'un décor naturel exceptionnel, il en tire des images d'une très grande beauté, notamment dans ce phénomène météorologique du "Serpent du col de Majola" en Suisse alpine. Cette formation nuageuse, encore mal expliquée, traduit par métaphore toute la psychologie de Maria face à la reprise d'une pièce, où elle jouait à 18 ans le rôle d'une belle manipulatrice, vingt ans plus tard projetée dans le rôle d'une quarantenaire manipulée. L'étrange glissement au sein de la vallée de la formation nuageuse traduit le passage du temps, particulièrement cruel pour les actrices, du moins souvent vécu comme tel. Tout le sujet d'"Eve". "Persona" se retrouve dans la confrontation entre la comédienne et son assistante, le duo effectuant un transfert, de la pièce qu'elles répètent, à leur propre relation.
Chloë Grace Moretz dans "Sils Maria" d'Olivier Assayas

Chloë Grace Moretz dans "Sils Maria" d'Olivier Assayas

© © Carole Bethuel
L'écriture et la mise en scène d'Assayas atteignent ici une apogée. Si les répétitions peuvent sembler au prime abord redondantes, elles s'imbriquent rapidement dans une identification des deux femmes à leur rôles, la barrière entre fiction et réalité s'estompant. Jusqu'à une mystérieuse conclusion calquée sur la dramaturgie du texte. Juliette Binoche excelle dans son rôle, tout comme Kristen Stewart, des plus talentueuses, mais également Chloé Grace Moretz, en égérie des adolescents, beaucoup plus mature qu'elle n'y paraît, et dont les affres postées sur Internet sont d'un comique irrésistible. Avec ce trio, Olivier Assayas réalise un film de femmes, comme nombre de ses autres longs métrages. Chabrol disait à propos de la fiction : "Dès qu'il s'agit d'une femme, c'est intéressant". "Sils Maria" en est encore une preuve majeure.