"Respire" de Mélanie Laurent : une amitié vénéneuse

Par @pygrenu Rédacteur en chef de Culturebox
Mis à jour le 12/11/2014 à 17H44, publié le 07/11/2014 à 12H15
Joséphine Japy et Lou de Laâge dans "Respire"

Joséphine Japy et Lou de Laâge dans "Respire"

© Jérôme Plon

Pour son deuxième long-métrage en tant que réalisatrice, Mélanie Laurent adapte un roman d'Anne-Sophie Brasme sur l'amitié entre deux adolescentes, qui dissimule en réalité un rapport de perversion narcissique. Bien dirigées, les deux comédiennes ne manquent pas de crédibilité. Le film sonne juste.

La note Culturebox
4 / 5                  ★★★★☆

Drame français de Mélanie Laurent - Avec Joséphine Japy, Lou de Laâge, Isabelle Carré et Claire Keim - Durée : 1h32 - Sortie : 12 novembre 2014

Synopsis : Charlie, une jeune fille de 17 ans. L’âge des potes, des émois, des convictions, des passions. Sarah, c’est la nouvelle. Belle, culottée, un parcours, un tempérament. La star immédiate, en somme. Sarah choisit Charlie.
Elle vient d'arriver au lycée, en cours d'année. Elle rayonne. A à la différence de ses camarades, elle a déjà vécu beaucoup de choses, sur plusieurs continents. Ses histoires pétillent, les yeux de ses nouvelles amies brillent en les écoutant. Très vite, elle va prendre toute la place.

Sarah (Lou de Laâge) souffle le chaud et le froid, manipulatrice, mythomane et perverse. Elle aussi a des fractures - et des sacrées ! - mais ce sont celles des autres qui l'intéressent. Charlie (Joséphine Jappy) est sous son charme, fascinée et troublée. Elle sera sa victime. 
On pourra reprocher au scénario de Mélanie Laurent d'être relativement prévisible. Dès son irruption dans la vie quotidienne de ces lycéens, on devine que Sarah va apporter le trouble, le poison et le chaos.

Mais les comédiens jouent vraiment juste, et on sent la réalisatrice très au fait des préoccupations adolescentes. Rien de surfait ou de surjoué dans ces échanges de lycéens, leur espoirs, leur déceptions et leur cruauté parfois. Leurs parents, autocentrés, sont largués et ne voient rien de ce qui se joue sous leur nez. Isabelle Carré, en mère exténuée et dépressive, est d'une sobriété efficace.
Joséphine Japy et Lou de Laâge dans "Respire" - © Alice Dardun
Mélanie Laurent a été, ces dernières semaines, la cible d'attaques ironiques et souvent haineuses sur le web, appuyées par la diffusion d'une compilation de ses pires interviews. "Elle a la grosse tête, elle est égocentrique", se déchaînent les réseaux sociaux. Mérite-t-elle ce "bashing" ? Objectivement, la plupart des habitué(e)s des plateaux sortiraient éreintés de ce type de montage peu bienveillant, totalement à charge. Apprendre à se faire rare, parler moins et avec prudence devraient l'aider à distancer la meute.

Tout ceci n'enlève rien à son talent. "Respire" est un film bien dans son époque. Actrice subtile, Mélanie Laurent est aussi une observatrice délicate.