"Pioneer", un thriller nordique original et d'actualité

Par @Culturebox Journaliste, responsable de la rubrique Cinéma de Culturebox
Mis à jour le 27/01/2015 à 17H58, publié le 27/01/2015 à 17H43
"Pioneer" de Erik Skjoldbjaerg

"Pioneer" de Erik Skjoldbjaerg

© Farbfilm Verleih

Depuis dix ans, la fiction en provenance de Suède ou de Norvège rencontre un énorme succès en Europe, voire aux Etats-Unis, que cela soit au niveau du polar littéraire, des adaptations cinématographiques, ou des remakes. "Pioneer", de Erik Skoddjéaerg ("Insomnia"), ne déroge pas à la règle : un beau thriller, efficace, inspiré d'une histoire vraie (encore) qui met le doigt, là où ça fait mal.

La note Culturebox
3 / 5                  ★★★☆☆

De Erik Skjoldbjaerg (Norvège/Allemagne/France/Suède/Finlande), avec :  Aksel Hennie, Wes Bentley, Stephanie Sigman, Jorgen Langhelle - 1h46 - Sortie : 28 janvier 2015

Synopsis : 1980, Norvège. Un gigantesque gisement de pétrole est découvert dans les profondeurs des fonds marins. L’État norvégien collabore avec les États-Unis pour débuter l’extraction du pétrole. Petter et son frère font partie des plongeurs envoyés dans les eaux abyssales pour cette mission. Lors de l’une de leurs descentes, un étrange accident arrive à l’un d’eux. Commence alors une incroyable quête de vérité...
"Pioneer" : la bande-annonce

Justice

En 2002, "Insomnia" (1998) de Erik Skoddjéaerg avait fait l'objet d'un remake signé Christopher Nolan ("Inception", "Interstellar"…) sous le même titre, avec Al Pacino et Robin Williams. C'est dire si le monsieur était reconnu et attendu au tournant. Il a réalisé depuis plusieurs films, toujours dans le registre du polar/Thriller, dont "Hold-Up" sur le plus gros braquage en Norvège en 2004. "Pioneer" est encore un thriller, mais qui pointe une coopération américano-suédoise qui a mal tourné…

De l'interaction entre l'industrie, la science, la recherche et les hommes qui les servent émane un sentiment d'injustice, très partagé aujourd'hui. L'affaire remonte aux années 70, elle est d'ailleurs toujours en cours, devant prochainement passer devant la Cour Européenne des Droits de l'Homme. Elle implique la responsabilité des Américains dans l'exploitation de richesses pétrolières avec la mort et la mise en danger de plongeurs norvégiens qui réclament justice.

André Eriksen et Wes Bentley dans "Pioneer" de Erik Skjoldbjaerg

André Eriksen et Wes Bentley dans "Pioneer" de Erik Skjoldbjaerg

© Farbfilm Verleih

Seul contre tous

Erik Skoddjéaerg s'empare du sujet de manière très prosaïque, ouvrant son film sur des images d'archives, mélangées à des reconstitutions, très biens mêlées les unes aux autres. Viennent ensuite les plans sous-marins reconstitués de la mission, très réalistes et mystérieux, où rien du drame vécu n'est dévoilé, seulement des indices, décelés par l'un des deux frères acteurs du drame. Ce qui justifie toute la quête de la vérité qui va suivre. Une enquête éprouvante, difficile, pleine d'embuches et de rebondissements.

La mise en scène d'Erik Skoddjéaerg colle au sujet. Sombre histoire, sur des rapports industriels et commerciaux entre les Etats-Unis et la Norvège, "Pioneer" est nocturne. Dans ses images sous-marines, magnifiquement éclairées, tout en contrastes abrupts, et quand le cinéaste filme les sombres rues norvégiennes. Le suspense persiste jusqu'à la fin pour donner du sens à toutes les manipulations, sans tomber dans une théorie du complot, si courante aujourd'hui. Une histoire peu connue sous nos latitudes, qui vaut le coup du déplacement.