"Ping Pong Summer", un été 1985 dans le Maryland

Par @pygrenu Rédacteur en chef de Culturebox
Publié le 12/07/2014 à 09H00
Susan Sarandon dans "Ping Pong Summer"

Susan Sarandon dans "Ping Pong Summer"

© Potemkine Film

Un ado mal dans sa peau. Un été dans le Maryland qui s'annonce aussi ennuyeux que les précédents. Mais cette fois, il va enfin se passer des choses dans la vie de Radford… Michael Tully nous replonge au cœur des années 80, avec cette comédie un peu prévisible mais non dénuée de qualités.

La note Culturebox
3 / 5                  ★★★☆☆

Comédie américaine de Michael Tully – Avec Marcello Conte, Lea Thompson, John Hannah et Susan Sarandon – Durée : 1h32 – Sortie : 16 juillet 2014

Synopsis : Été 1985. Radford Miracle et sa famille posent leurs valises à Ocean City, Maryland pour les grandes vacances. Jeune adolescent solitaire mais sympathique, Rad est obsédé par le ping-pong, le hip-hop… et Stacy Summers, la fille populaire sur laquelle il a flashé dès son arrivée. Sportif médiocre, piètre danseur et a priori peu dragueur, cet été sera pourtant le sien : celui ou il va gagner son surnom de Radical Miracle.
Durant le premier quart d'heure du film, une question nous taraude : Michael Tully a-t-il eu pour objectif de nous dégoûter des années 80 ? Ou, à tout le moins, de nous en rappeler les pires travers : générique dégoulinant de mauvais effets, hip-hop bas de gamme (du genre de la démo fournie avec l'orgue Farfisa, boîte à rythme 3 vitesses), vêtements terrifiants, coiffures chics et de bon goût, la liste est longue comme le bras… Et puis, peu à peu, on se ré-aclimate, et on se rappelle qu'elles étaient vraiment comme ça, ces années-là, que le souvenir a parfois tendance à sublimer.
Marcello Conte et Myles Massey dans "Ping Pong Summer" © Potemkine Film
Hésitant à choisir son camp entre ironie, caricature et tendresse, "Ping Pong Summer" fait son petit bonhomme de chemin, en se concentrant sur le personnage de Radford, l'ado que nous avons tous été un jour ou l'autre : peu sûr de lui, maladroit, amoureux transi incapable de faire sa déclaration, s'apprêtant à vivre un été ennuyeux de plus dans la station balnéaire où ses parents viennent chaque année faire une razzia sur les buffets à volonté…

Mais, en cet été 85, Radford va faire de sacrées rencontres. Un ami, deux ennemis, une fille qui lui tourne la tête, et pour mentor une voisine à la sulfureuse réputation… Sans oublier le champ de bataille : la table de ping-pong du "Fun hub", où les jeunes du Maryland tuent le temps pendant que leurs parents bronzent.
Scène de "Ping Pong Summer" © Potemkine Film
Avec ces ingrédients, Michael Tully réussit à nous convaincre de sa sincérité et à construire un petit film sympathique, parfois drôle, tourné en 16 mm, sans énorme budget. Consensuel et un peu trop prévisible, ce "Ping Pong Summer" affiche quelques qualités qui méritent qu'on lui donne sa chance, en (re) plongeant dans l'été 1985.