"Parenthèse" pas trop enchantée pour trois quinquas

Par @Culturebox Journaliste, responsable de la rubrique Cinéma de Culturebox
Mis à jour le 19/07/2016 à 14H50, publié le 19/07/2016 à 14H13
Gilles Gaston-Dreyfus, Vincent Winterhalter et Eric Viellard, dans "Parenthèse" de Bernard Tanguy

Gilles Gaston-Dreyfus, Vincent Winterhalter et Eric Viellard, dans "Parenthèse" de Bernard Tanguy

© Jour2Fête

Premier long métrage de Bernard Tanguy, "Parenthèse", film estival s'il en est, confronte un trio d'acteurs, Vincent Winterhalter, Gilles Gaston-Dreyfus, Eric Viellard, à un trio d'actrices, Dinara Droukarova, Anne Serra, Sophie Verbeeck, en s'attaquant à la crise de la cinquantaine sur un ton badin et bon enfant.

La note Culturebox

2
2/5

Archétypes

Avant "Parenthèse", Bernard Tanguy a produit bien d'autres films ("Océane", "Les Coquillettes", "L'Air de rien"…). Il signe le scénario de son premier long, tout comme il l'avait fait pour ses deux courts- métrages. A la vue des titres à son actif, le cinéaste aime la comédie, genre dans lequel il récidive dans le cadre d'un "film de potes" ("Buddy movie"). Trois quinquagénaires partent en goguette pour se retrouver, sans pour autant résister à la toute jeune gent féminine croisée sur leur chemin, avec plus ou moins de râteaux au passage…
"Parenthèse" : la bande annonce

Comédie générationnelle, inspirée d'anecdotes glanées de-ci-de-là, "Parenthèse" va dans le sens du vent avec un sextette de comédiens et de comédiennes que l'on sent comme en vacances. Le film donne l'impression d'avoir été tourné sur le vif, au fil du temps, presque comme un documentaire, le ton de comédie faisant la différence. Chacun des protagonistes campe des archétypes bien identifiables : Raphaël (Vincent Winterhalter) est l'entrepreneur bling bling au bord de la séparation, Alain (Gilles Gaston-Dreyfus) le célibataire endurci hypocondriaque, Patrick (Eric Viellard), l'éternel ado tombeur de ces dames ; Olga (Dinara Droukarova) est une sentimentale russophone libertaire, Alice (Anne Serra) la farouche lesbienne et Vanessa (Sophie Verbeeck), celle qui est à deux doigts de craquer.

 V. Winterhalter, G-.Gaston-Dreyfus, E. Viellard, A. Serra et S. Verbeeck dans "Parenthèse" de Bernard Tanguy

 V. Winterhalter, G-.Gaston-Dreyfus, E. Viellard, A. Serra et S. Verbeeck dans "Parenthèse" de Bernard Tanguy

© Jour2Fête

Nonchalance

Les profils des personnages sont quelque peu attendus, mais le cocktail fonctionne assez bien, au gré d'un "boat movie" qui vogue en eaux calmes. Car rien ne vient vraiment bousculer le fil du film. Les trois compères, un rien vieux jeu, tombent sous le charme de leurs rencontres et les trois séduisantes jeunes femmes font preuve de beaucoup d'indulgence. Et nous avec, en se laissant porter par ce récit nonchalant, plaisant, mais un peu vain.

Portrait d'une génération ? "Parenthèse" n'a pas cette ambition, restant à la surface des eaux mouvementées que peut engendrer la cinquantaine. Tous les acteurs s'en sortent bien, Gilles Gaston-Dreyfus, trop peu employé au cinéma, en tête, et les trois comédiennes dégagent beaucoup de charme et de personnalité. Agréable, le film passe comme une brise d'été, une parenthèse.

"Parenthèse" : l'affiche

"Parenthèse" : l'affiche

© Jour2Fête

LA FICHE

Comédie de bernard Tanguy (France) - Avec : Vincent Winterhalter, Gilles Gaston-Dreyfus, Eric Viellard, Dinara Droukarova, Anne Serra, Sophie Verbeeck   - Durée : 1h35 - Sortie : 20 juillet 2016

Synopsis : En pleine crise existentielle à l'approche de la cinquantaine, Raphaël entraîne ses deux meilleurs amis sur un voilier, espérant renouer ainsi avec l'ambiance de leurs vacances de jeunesse. Petit problème : personne à bord ne sait vraiment naviguer ! Bloqués entre les îles de Port-Cros et Porquerolles, ils finissent par embarquer trois jeunes femmes rencontrées par hasard qui risquent de les faire chavirer...