"Mustang" : "Virgin Suicides" à la turque

Par @Culturebox Journaliste, responsable de la rubrique Cinéma de Culturebox
Publié le 17/06/2015 à 11H51
"Mustang" de Deniz Gamze Ergüven

"Mustang" de Deniz Gamze Ergüven

© Ad Vitam

Si l’on peut raprocher "Mustang" de la cinéaste turque Deniz Gamze Ergüven de "Virgin Suicides" de Sofia Coppola, c’est qu’il y est question dans les deux cas d’une fratrie. Cinq sœurs dans le premier, trois dans le second. Ce sont également deux premiers films. Les ressemblances ne s’arrêtent pas là, même si les histoires sont extrêmement différentes, ne serait-ce que par leurs origines.

La note Culturebox
3 / 5                  ★★★☆☆


Scénario au cordeau

Les Etats-Unis, la Turquie, ce n’est pas le même monde. Peut-être. Mais ce que vivent les enfants dans une famille dans leurs confrontations avec leurs parents peuvent sans doute avoir des points communs, même s’ils ne se définissent pas de la même manière. Le drame du film de Sofia Coppolla n’a rien à voir avec celui du film de Deniz Gamze Ergüven. Pourtant, ils se recoupent. Dans ces jeunes filles mises face aux obligations, rebelles à un modèle, en quête d’indépendance…

Mustang : la bande-annonce

Cela se passera bien pour l’aînée, mariée à l’homme qu’elle aime ; sa cadette se contentera de celui qu’on lui impose ; la troisième se suicidera, la suivante et la benjamine, la plus entreprenante, prendront le large. Pas évident de mettre en perspective autant de personnages. Pourtant tout cela fonctionne. Deniz Gamze Ergüven s’est adjointe la co-scénarisation Alice Winocour qui était par ailleurs à Cannes à Un certain regard avec "Maryland". On se souvient pas ailleurs de cette dernière et de son excellent  "Augustine" 2012). Qualité !

"Mustang" de Deniz Gamze Ergüven

"Mustang" de Deniz Gamze Ergüven

© Ad Vitam

Dynamique

Si les personnages et l’histoire fonctionnent, le rythme un peu moins. Le temps s’étire quelque peu, même si le scénario sait relancer le film. Mais c’est toujours la plus jeune protagoniste qui s’avère la plus dynamique. Pourquoi pas ? Aussi ses sœurs se révèlent bien passives. Sauf la suicidée, dont la mort passe un peu à l’as. Un parti-pris pas moins signifiant, qui la désignerait comme négligeable.

"Mustang" reste un film attrayant qui tient grâce à ses cinq protagonistes. Le filmage demeure toutefois conventionnel, dans un format télévisuel, un peu décevant sur grand écran. Le film n’en fait pas moins le portait de cinq jeunes filles emblématiques de la société turque, chacune à leur manière, avec l’énergie que traduit le titre. "Mustang". Chacune d’elles s’adapte, s’échappe, meure… Toutes portent en elle une différence, une revendication, une forme d’espoir.

Mustang

De Deniz Gamze Ergüven (Turuie/France/Allemagne), avec : Erol Afsin, Güneş Nezihe Şensoy, Doğa Zeynep Doğuşlu, Tuğba Sunguroğlu, Elit İşcan, İlayda AkdoğanNihal Koldaş, Ayberk Pekcan - 1h37 - Sortie : 17 juin 2015

Synopsis : C'est le début de l'été. Dans un village reculé de Turquie, Lale et ses quatre sœurs rentrent de l’école en jouant avec des garçons et déclenchent un scandale aux conséquences inattendues. La maison familiale se transforme progressivement en prison, les cours de pratiques ménagères remplacent l’école et les mariages commencent à s’arranger. Les cinq sœurs, animées par un même désir de liberté, détournent les limites qui leur sont imposées.