"Malveillance" : un gardien d'immeuble peu recommandable

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 27/12/2011 à 08H04
Luis Tosar dans "Malveillance" de Jaume Balaguero, film d'ouverture du PIFFF (23/11/2011)

Luis Tosar dans "Malveillance" de Jaume Balaguero, film d'ouverture du PIFFF (23/11/2011)

© Wild Side Films / Le Pacte

De Jaume Balagueró (Espagne), avec : Luis Tosar, Marta Etura, Alberto San Juan, Petra Martínez - 1h42 - Sortie : 28 décembre 2011

César est un gardien d’immeuble toujours disponible, efficace et discret. Disponible pour s’immiscer dans la vie des habitants jusqu’à les connaître par cœur ; discret quand il emploie ses nuits à détruire leur bonheur ; efficace quand il s’acharne jusqu’à l’obsession sur Clara, une jeune femme insouciante et heureuse…
 

De Jaume Balagueró (Espagne), avec : Luis Tosar, Marta Etura, Alberto San Juan - 1h42 - Sortie : 28 décembre   Lire la critique

L'immeuble
Décidément, Balaguero ("La Secte sans nom", "[Rec]") aime les immeubles. Après celui de "[Rec]", il ne sort pas de celui qu’a pour cadre "Malveillance". César en est le gardien. Un drôle de coco. Pas très drôle justement. Porté par le malheur, il s’ingénie à empoisonner la vie des autres. Discrètement, mais efficacement, avec des conséquences irrévocables.

Surtout la jolie Clara, chez qui il passe toutes les nuits, sous le lit, pour passer dessus, après avoir chloroformé la belle endormie. Etrange fantastique du quotidien, sans aucun élément surnaturel, mais non moins déstabilisant, dérangeant. L’immeuble, cossu, Art Nouveau, est habité. Non de fantômes, mais de personnages que  Balaguero dessine tels des archétypes : la mémère à chien chien, le râleur, la jolie célibataire (the girl next door).

Luis Tosar dans "Malveillance" de Jaume Balagueró

Luis Tosar dans "Malveillance" de Jaume Balagueró

© Wild Side Films / Le Pacte

Blanc comme un suaire
Le fantôme, c’est César. Blême, longiligne, dégarni, transparent, invisible. Son ennemi ? La petite fille  qui est la seule à connaître ses agissements, qui, elle, le voit, et qui le rackette. Vous avez dit bizarre ? C’est tout le charme de "Malveillance", portrait d’un personnage trouble que personne ne voit parce que rébarbatif. César transpire l’ennuie.

C’est pour cela qu’il embête tout le monde. Jusqu’à sa vieille mère en soins palliatifs à l’hôpital, muette comme un mur. Mais est-ce vraiment sa mère ? Vu le numéro, rien de moins sûr. Magistralement filmé dans un scope paradoxalement claustrophobe, "Malveillance" distille le poison insidieux dont suinte son protagoniste, avec un suspens constant. Poisseux.