"Les Jardins du roi" : Alan Rickman et Kate Winslet ratent Versailles

Par @Culturebox Journaliste, responsable de la rubrique Cinéma de Culturebox
Mis à jour le 07/05/2015 à 18H35, publié le 07/05/2015 à 09H49
Alan Rickman et Kate Winslett dans "Les Jardins du roi" de Alan Rickman

Alan Rickman et Kate Winslett dans "Les Jardins du roi" de Alan Rickman

© Metropolitan FilmExport

On pouvait s'attendre au mieux de la part de Alan Rickman, formidable acteur ("Le Majordome, "Une promesse", tous les "Harry Potter"…), qui s'attaque pour son deuxième film comme réalisateur à une reconstitution historique lourde, et le si beau sujet de la conception des jardins de Versailles par Louis XIV. Au final, Rickman est bien dans les clous, mais la vie n'est pas à l'écran.

La note Culturebox
2 / 5                  ★★☆☆☆

De Alan Rickman (Grande-Bretagne), avec : Kate Winslet, Matthias Schoenaerts, Alan Rickman, Stanley Tucci - 1h57 - Sortie : 6 mai 2015

Synopsis : Artiste aussi douée que volontaire, Sabine De Barra conçoit de merveilleux jardins. En 1682, son talent lui vaut d’être invitée à la cour de Louis XIV, où le célèbre paysagiste du roi, André Le Nôtre, fasciné par l’originalité et l’audace de la jeune femme, la choisit pour réaliser le bosquet des Rocailles.Tout en donnant son maximum et en menant l’incroyable chantier pour terminer à temps, Sabine s’aperçoit vite qu’à la cour, le talent ne suffit pas : il faut aussi maîtriser l’étiquette et savoir naviguer dans les eaux troubles des intrigues. La jeune femme défie les barrières sociales et celles liées à son sexe ; elle noue même une surprenante relation avec le roi et gagne la confiance du frère du souverain, Philippe.

"Les Jardins du roi" : la bande-annonce

Emotion émoussée

Comment Rickman a-t-il pu passer à côté de son sujet ? Avec un tel casting, Kate Winslet, Mathias Shchoenearts ("Bullhead", "De rouille et d'os")  et une reconstitution de la construction de Versailles à la fin du du XVIIe siècle ? Le film est largement en-deçà des ambitions premières. Tout le problème vient de la construction narrative, trop lâche. Les scènes se succèdent sans lien, comme "à la va comme j'te pousse", démotivées de toute cohésion et émotion.

Versailles en construction est à peine montré, alors que c'est tout le sujet, les jardins encore moins, hormis quelques amoncellements de boue. Quant à la dramatisation du sujet, elle est encore plus fantomatique. Emerge la scène de la rencontre entre le roi et la jardinière, aux beaux dialogues et au suspense inattendu. Mais guère plus de choses. Entre la relation de Le Notre et son épouse tuée dans l'œuf et conflictuel, et les approches du premier avec cette jeune veuve de grand talent, pas grand-chose ne passe. Conventionnel.

Kate Winslett et Matthias Schoenaerts dans "LesJardins du roi" de Alan Rickman

Kate Winslett et Matthias Schoenaerts dans "LesJardins du roi" de Alan Rickman

© Metropolitan FilmExport

 

Ratage

Alan Rickman rate avant tout son scénario et sa mise en scène, ce qui fait un film. Donc pas grand chose a retenir, même le rythme : on s'ennuie jusqu'au bout. Les acteurs eux-mêmes donnent cette impression. Que reste-t-il ? Les costumes, oui, fort beaux mais c'est bien maigre. De plus Louis XIV plutôt dépeint comme distancié dans les témoignages, est présenté, en partie, comme convivial, ce qui semble peu probable.

"Les Jardins du roi" est un échec, c'est fort dommage. D'autant de la part d'un homme au si grand talent, Alan Rickman, avec un sujet pareil.  Sans parler de la langue du film, anglaise, alors que tous les protagonistes sont des Français du XVIIe siècle. Un problème insoluble, ou presque, en raison de l'internationalisation du marché. Mais même au-delà de cela, "Les Jardins du roi" s'avère une bévue.