"Le Professeur de violon" : la musique plus fort que la vie

Par @Culturebox Journaliste, responsable de la rubrique Cinéma de Culturebox
Mis à jour le 25/06/2016 à 11H34, publié le 20/06/2016 à 17H33
Lázaro Ramos dans "Le Professeur de violon" de Sérgio Machado

Lázaro Ramos dans "Le Professeur de violon" de Sérgio Machado

© Jour2fête

C'est le quatrième film du brésilien Sergio Machado, révélé en France avec "Bahia, ville basse" (2005), où Lazaro Ramos tenait déjà le premier rôle. Inspiré d'une histoire vraie, "Le Professeur de violon" est à forte connotation sociale, tout en jouant beaucoup de l'émotion entre un musicien prodige et un groupe de petits délinquants, en reconversion dans la plus grande favela de São Paulo.

La note Culturebox

4
4/5

Un acteur d'exception

Lazaro Ramos (Laerte, le violoniste) a été révélé dans une des nombreuses télénovelas brésiliennes pour devenir une figure majeure auprès du public. Il compose une prestation remarquable dans "Le Professeur de violon", transmettant une sensibilité à fleur de peau. Dès sa première scène où, submergé de stress lors d'un examen de passage pour l'Orchestre symphonique de Sao Paulo, l'acteur sort du lot. La suite le confirmera dans ses rapports avec une vingtaine de jeunes défavorisés qu'il va tenter de hisser vers le haut.
"Le Professeur de violon" : la bande annonce

Cette relation forcée, en raison d'une carrière balbutiante, due à sa trop forte sensibilité, va évoluer d'un premier rejet de sa part, vers une compassion, puis un réel investissement vécu comme un sacerdoce. Sensible, Laerte l'est indubitablement, mais aussi exigeant, envers lui-même, ses comparses du quatuor de cordes qu'il dirige et de ses élèves dissipés. Autorité et discipline complètent sa panoplie, tout comme sa peur de décevoir, quand il ment à son père, lui faisant croire que sa carrière est en bonne voie.

Musicalité

Laerte est un personnage complexe et Lazaro Ramos en traduit toute la palette. Il sera mis au pied du mur quand l'Orchestre symphonique de São Paulo lui offre une seconde chance. S'il le rejoignait comme Premier violon, il ne pourrait plus enseigner dans la favela, alors que ses cours portent leurs fruits et que de réels talents se révèlent. Les relations humaines se creusent, chacun allant à la découverte de l'autre. Elles sont à l'origine de plusieurs coups de théâtre où le réel rattrape l'idéal.

"Le professeur de violon" de Sérgio Machado

"Le professeur de violon" de Sérgio Machado

© Jour2fête

Le scénario, qui a demandé pas moins de quatre collaborateurs, dont Sergio Machado, adapte un livre (inédit en France) d'Antonio Emirio de Moares. L'écriture est à la hauteur d'une superbe mise en images, avec une lumière aux harmonies colorées atones pour pour mieux découper les ombres de la favela. Les cadres, en format scope, sont minutieux, jouant des différentes échelles de plan de façon très musicale. Si l'on n'est pas loin d'un certain lyrisme, Sergio Machado ne tombe pas dans le pathos. "Le Professeur de violon" donne une leçon humaniste, touchante et virtuose.

"Le professeur de violon" : l'affiche française

"Le professeur de violon" : l'affiche française

© Jour2fête

La fiche film

Drame de Sérgio Machado (Brésil) - Avec : Lázaro Ramos, Elzio Vieira, Kaique de Jesus - Durée : 1h40 - Sortie : 22 juin 2016
Synopsis : Laerte, talentueux violoniste, rêve depuis toujours d'intégrer l’Orchestre symphonique de São Paulo. Dévoré par le trac, il échoue à l'audition et accepte à contrecœur d'enseigner la musique à des adolescents d’Heliópolis, la plus grande favela de la ville. Dans cet univers pourtant hostile, où gangs et dealers règnent en maîtres, Laerte va tisser des liens forts avec ses élèves, découvrir des talents insoupçonnés et changer leurs vies à jamais.