"La Pirogue" : le rêve et l'enfer

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 16/10/2012 à 15H38
"La Pirogue" de Moussa Toure

"La Pirogue" de Moussa Toure

© Rezo Films

Ce film, Moussa Touré le dédie aux 5000 Africains de l’Ouest morts en mer ces dernières années, en tentant de gagner l’Europe dans des embarcations de fortune.

De Moussa Toure (Sénégal/France), avec : Souleymane Seye Ndiaye, Laïty Fall, Malamine Drame - 1h27 - Sortie : 1h27

Synopsis : Un village de pêcheurs dans la grande banlieue de Dakar, d’où partent de nombreuses pirogues. Au terme d’une traversée souvent meurtrière, elles vont rejoindre les îles Canaries en territoire espagnol. Baye Laye est capitaine d’une pirogue de pêche. Il connaît bien la mer. Il ne veut pas partir, mais il n’a pas le choix. Il devra conduire 30 hommes en Espagne. Ils ne se comprennent pas tous, certains n’ont jamais vu la mer et personne ne sait ce qui l’attend.

De Moussa Toure (Sénégal/France), avec : Souleymane Seye Ndiaye, Laïty Fall, Malamine Drame - 1h27 - Sortie : 17 octobre   Lire la critique

Une tragédie quotidienne

Ce film, Moussa Touré le dédie aux 5000 Africains de l’Ouest morts en mer ces dernières années, en tentant de gagner l’Europe dans des embarcations de fortune. L’espoir d’échapper à la misère est plus fort que tout. Abusés par les vendeurs de rêves, ces hommes et ces femmes quittent leur famille pour une grande traversée au parfum de mort.
Démarré dans un village de pêcheurs sénégalais, où les valeurs ancestrales résistent mal aux envies de réussite et de consommation, le film bascule dans un pesant huis-clos au milieu de l’Océan. Entre Guinéens et Sénégalais, entre Animistes et Musulmans, le quotidien se crispe. Pour devenir insupportable.
« La Pirogue » sonne juste. Servi par d’excellents comédiens Moussa Touré maîtrise son sujet et nous emmène au plus près du calvaire de ces candidats à l’exil, balayés par une mer déchaînée.

30 hommes sont à bord de "La Pirogue" en route vers l'Espagne

30 hommes sont à bord de "La Pirogue" en route vers l'Espagne

© DR

Un cinéma africain de qualité

Une grande maîtrise du scénario, une réalisation sobre, des acteurs inspirés… Le seul film africain de ce 65e festival fait honneur à son continent. Quelques semaines après la sortie française du décapant "Viva Riva", tourné à Kinshasa, voici un nouveau signe de vitalité très encourageant. Le cinéma africain, malgré d’innombrables difficultés structurelles et de financement, peut s’appuyer sur le talent et la créativité de réalisateurs de la trempe de Moussa Touré ou Djo Tunda Wa Munga pour se construire un avenir.