"La Loi de la jungle" : aventures foldingues en Louisiane

Par @Culturebox Journaliste, responsable de la rubrique Cinéma de Culturebox
Publié le 13/06/2016 à 17H42
Vimala Pons et Vincent Macaigne dans "La Loi de la jungle" de Antonin Peretjatko

Vimala Pons et Vincent Macaigne dans "La Loi de la jungle" de Antonin Peretjatko

© Haut et Court

Antonin Peretjatko avait heureusement surpris avec "La Fille du 14 juillet", où jouait déjà Vimala Pons, l’héroïne de "La Loi de la jungle". Vincent Macaigne, vu récemment dans "Des nouvelles de la planète Mars" ou "Les Innocentes", lui donne la réplique. A leurs côtés, Pascal Légitimus, Mathieu Amalric, ou Jean-Luc Bideau, habitent une comédie loufoque, où l’absurde n'est pas dénué de sens.

La note Culturebox

3
3/5

Hors normes

Le moteur de l’intrigue – l’envoi d’un stagiaire du ministère de la Norme en Guyane pour y valider une station de ski in door – relève déjà d’un certain surréalisme. Même si le concept existe aujourd’hui en Arabie Saoudite. Ce qui donne, mine de rien, une certaine légitimité au script. Cela n’est rien à côté de ce qui attend Marc Châtaigne (Vincent Macaigne) à son arrivée en Guyane. Affublé d’une autre stagiaire, appelée Tarzan (c’est tout dire), chargée d’étudier l’installation de jardins à la française en pleine jungle (Vimala Pons), et d’un chef de chantier autochtone qui feint l’enthousiasme (Pascal Légitimus) ; il va avoir du pain sur la planche.
"La loi de la jungle" : la bande annonce

Les autorités ne sont pas mieux loties. Entre un ministre (Jean-Luc Bideau) fou du "code de la Norme", dont le nombre de pages équivaut à celui du code du Travail, et d’un préfet (Mathieu Amalric) survitaminé, hypocrite, peu soucieux de sa région, sauf de sa situation. Ce qui aurait pu donner une comédie comme on en voit au kilomètre, accouche d’un OFNI (objet filmique non identifié) complètement à l’Ouest. L’exotisme des personnages le dispute à celui de la luxuriance végétale, et  à une faune envahissante (mygales, serpents, moustiques…) dans une atmosphère saturée d’humidité. Des clichés assumés sur la Guyane, dont Antonin Peretjatko joue sur le ton de la satire dans une ambiance solaire, mise à part quelques pluies diluviennes. 

Performance

Le film lorgne du côté des Monty Python, dans sa tonalité humoristique, et du pamphlet politique, dans le pointage des hommes qui la (dé)servent. Leurs décisions absurdes prises sans se soucier de l’environnement, du climat et des habitants, avec comme dénominateur commun, l'abus de pouvoir et le tiroir-caisse. Vimala Pons et Vincent Macaigne ont du mérite à s’être donnés visiblement à fond dans des prestations très physiques, au cœur de conditions climatiques extrêmes. Antonin Peretjatko ne semble pas les avoir ménagés, mais visiblement, tout le monde s’éclate.

Vimala Pons, Vincent Macaigne dans "La Loi de la jungle" de Antonin Peretjatko

Vimala Pons, Vincent Macaigne dans "La Loi de la jungle" de Antonin Peretjatko

© Haut et Court

Nous avec. Les gags fusent, tant dans les situations que les dialogues. Le ton est au burlesque, ce qui détermine un jeu des acteurs non pas cabotin, mais caricaturale, proche de la bande-dessinée. Etonnant de voir cet humour peu coutumier en France imprégner "La Loi de la jungle", tout comme "Ma Loute" de Bruno Dumont, à quelques semaines de distance. Prenez les sentiers sinueux de "La Loi de la jungle", vous n’en reviendrez pas.

Reportage : N. Hayter, N. Tahar, M. Badurek, J.Lodereau :

La fiche film
Comédie de Antonin Peretjatko (France) - Avec :  Vincent Macaigne, Vimala Pons, Pascal Légitimus, Mathieu Amalric, Jean-Luc Bideau, Fred Tousch - Durée : 1h39 - Sortie : 15 juin 2006
Synopsis : Marc Châtaigne, stagiaire au Ministère de la Norme, est envoyé en Guyane pour la mise aux normes européennes du chantier GUYANEIGE : première piste de ski indoor d’Amazonie destinée à relancer le tourisme en Guyane. De mésaventure en mésaventure, on lui affuble un coéquipier. Pas de chance, c’est une coéquipière. Pire : elle a du caractère.