"Khumba", la belle histoire du zèbre qui cherchait ses rayures

Par @Culturebox
Publié le 19/04/2014 à 08H00
"Khumba" d'Anthony Silverston 

"Khumba" d'Anthony Silverston 

© Metropolitan FilmExport

Voici un film idéal pour les jeunes spectateurs : du grand spectacle, dans un écrin somptueux, des animaux touchants et malicieux… et une morale qui ne peut pas faire de mal : il faut accepter la différence ! Le zèbre Khumba manque de rayures mais certainement pas de courage…

Film d'animation sud-africain d'Anthony Silverston - Durée : 1h23 – Sortie : 23 avril 2014

Synopsis : un zèbre demi-zébré est considéré par son troupeau comme la cause de la sécheresse persistante. Il décide de quitter leur lieu de retraite et part à la recherche de ses rayures perdues. Il est aidé dans sa quête par une vieille gnou et une autruche fashionable. C'est également pour trouver un moyen de sauver son troupeau de la sécheresse qu'il traversera maints dangers.
En voilà une jolie fable. "Khumba" signifie "peau" en zoulou. Et la peau, c'est justement le problème de ce zèbre à qui il manque quelques rayures pour être comme les autres. Lui qui subit les railleries de ses camarades et se considère responsable des malheurs de son clan, va finir par accepter sa différence et s'imposer tel qu'il est. Un message sur la tolérance, le respect des différences, auquel les jeunes spectateurs adhèrent avec enthousiasme. Pas inutile par les temps qui courent.
"Khumba" d'Anthony Silverston. © Metropolitan FilmExport
Après le joli "Drôles d'Oiseaux" (qu'Anthony Silverston avait écrit en produit en 2011), la filière sud-africaine du film d'animation se signale à nouveau par la qualité de ses productions.
"Khumba" d'Anthony Silverston - © Metropolitan FilmExport
Le travail graphique reste remarquable, les paysages sont somptueux, très réalistes. Les personnages particulièrement travaillés et réussis. Et "Khumba" recelle d'excellentes idées scénaristiques. Sans oublier une bande-son pleine de fraîcheur et de brio (avec les voix d'Elie Semoun et des comédiens du Jamel Comedy Club pour la version française). Hollywood n'a qu'à bien se tenir !