"Jackie" : Pablo Larrain filme l'après JFK, quatre jours de la vie d'une femme qui ont changé l'Histoire

Par @Culturebox Journaliste, responsable de la rubrique Cinéma de Culturebox
Mis à jour le 29/01/2017 à 23H38, publié le 29/01/2017 à 11H21
Natalie Portman dans "Jackie" de Pablo Larraín

Natalie Portman dans "Jackie" de Pablo Larraín

© Bac Films

Comme pour "Neruda", qui abordait une période de la vie du poète chilien, avec "Jackie", Pablo Larrain s’arrête sur quatre jours qui ont bouleversé l'existence de Jackie Kennedy, les USA et le monde. De l’assassinat de son mari, John Fitzgerald Kennedy le 22 novembre 1963 à Dallas, à la préparation de ses funérailles et leur déroulement : rencontre entre une histoire intime et l'Histoire.

La note Culturebox

4
4/5

Un casting cinq étoiles

"Neruda" n’était pas un biopic au sens strict. Le film de Pablo Larrain s’attardait sur un épisode précis de la vie du personnage, vu par le prisme du fantasme que le poète avait de lui-même. Il n’en va pas différemment de "Jackie", qui donne le point de vue de la "First Lady" sur l’assassinat du 35e président des Etats-Unis qui était en même temps son mari. Une approche des plus justifiées, puisqu’elle était à son côté lors de l'attentat, et en première ligne dans la suite immédiate de l’événement, tant sur un plan personnel, que médiatique, au regard du monde et de l’Histoire.
"Jackie" : la bande annonce

Cette imbrication entre l’intime et l’historique forge tout le sujet et la valeur de "Jackie", film à haut risque et dont le cinéaste se sort avec élégance et brio. D’abord grâce à Natalie Portman, sur laquelle repose une bonne partie du film, tant elle est omniprésente à l’écran et identifiée au rôle auquel elle apporte toute la classe légendaire. L’ensemble du casting mérite d’être cité. John Carroll Lynch, un des meilleurs seconds rôles d’Hollywood, est parfait en Lyndon Johnson, le vice-président américain empressé de prendre ses fonctions et bien encombré par cette Première Dame qui ne va pas s’en laisser montrer. Peter Sarsgaard est un Bobby Kennedy effondré par la mort de son frère, mais sur lequel Jackie peut compter. John Hurt (dans un de ses derniers rôles, récemment décédé) campe un prêtre convaincant qui trouve les mots justes; et le trop rare Richard E. Grant interprète un de ses proches les plus fidèles, le compositeur William Walton.

Reportage : D. Wolfromm / N. Baffert / M-E. Bohe / V. Christophe

Le sang sous la douche

On pouvait compter sur Pablo Larrain pour ne pas coller à la simple et stricte chronologie des faits. Il part d’une interview donnée à un journaliste après les obsèques ; passe par le tournage d’une émission de télévision à la Maison Blanche où intervient JFK, pour arriver à son assassinat, et repartir sur un concert de musique de chambre donnée de son vivant. Des documents d'époque son montés en alternance avec des images de fiction, ou mélangés à elles... Puis il enchaîne sur les débuts de l'enquête, évoque Lee Harvey Oswald, Jack Ruby, les conflits avec l’administration pour le déroulement des funérailles ; seront-elles discrètes ? Nationales ?... La reconstitution historique est au cordeau et une caméra fluide traduit la maîtrise de la situation par une Première Dame que l'ont croit fragile et futile, alors qu'elle est forte et déterminée. Lorrain cadre parfois sous des angles inattendus, et n’hésite pas à filmer l’hémoglobine sur le visage et le tailleur Chanel rose de Jackie ; ou, quand, sous la douche, elle se lave du sang de son mari…

Peter Sarsgaard et Natalie Portman dans "Jackie" de Pablo Larraín

Peter Sarsgaard et Natalie Portman dans "Jackie" de Pablo Larraín

© Bac Films

Il est rare qu’un cinéaste se voie confier l'évocation de deux personnalités aussi fortes que Pablo Neruda et Jackie Kennedy, en aussi peu de temps, avec un tel talent et des choix de mise en scène si différents. Larrain ne se laisse pas submerger par ses sujets et donne son point de vue en exposant celui de ses personnages. "Jackie" privilégie la dignité d’une femme projetée dans des circonstances exceptionnelles, qui va se battre avec le protocole, les instances gouvernementales et les prérogatives sécuritaires, pour imposer à l’Amérique et au monde l’image qu’elle veut laisser de JFK dans l'Histoire. Le temps lui donnera raison. "Jackie" en témoigne.

"Jackie" : l'affiche française

"Jackie" : l'affiche française

© Bac Films

LA FICHE

Drame de Pablo Larrain (Etats-Unis), Avec :  Natalie Portman, Peter Sarsgaard, Greta Gerwig, Billy Crudup, John Hurt, Richard E. Grant, John Carroll Lynch, Beth Grant  - Durée : 1h40 - Sortie : 1er février 2017

Synopsis : 22 Novembre 1963 : John F. Kennedy, 35e président des États-Unis, vient d’être assassiné à Dallas. Confrontée à la violence de son deuil, sa veuve, Jacqueline Bouvier Kennedy, First Lady admirée pour son élégance et sa culture, tente d’en surmonter le traumatisme, décidée à mettre en lumière l’héritage politique du président et à célébrer l’homme qu’il fut.