"Iris", l’ode sensuelle de Jalil Lespert à Charlotte Le Bon

Par @Culturebox
Mis à jour le 16/11/2016 à 10H08, publié le 15/11/2016 à 15H06

Pour son quatrième long-métrage, Jalil Lespert nous livre un thriller efficace, parfois inégal, mais sauvé par l’amour même qu’il porte à ce genre et à ses acteurs, à leur meilleur.

La note Culturebox

4
4/5
Changement de registre pour Jalil Lespert. Après son très convenu biopic consacré à Yves Saint Laurent et qui avait valu à son interprète Pierre Niney un César du meilleur acteur, voilà le comédien-réalisateur de retour derrière la caméra, pour son premier polar.
 
Un polar froid et efficace avec autour de lui, un duo Duris-Lebon qui fonctionne à merveille. Lui, c’est le pauvre mec. Il a connu la taule, plus jeune et aujourd’hui il galère pas mal. Il s’appelle Max Lopez et vit seul dans son garage branlant d’une banlieue parisienne pluvieuse et grisâtre.

Romain Duris et Charlotte Le Bon dans "Iris"

Romain Duris et Charlotte Le Bon dans "Iris"

© Thibault Grabherr

Elle, c’est Iris. Elle est belle, outrageusement sensuelle et erre dans les sphères SM de la nuit parisienne bourgeoise. Leurs deux mondes vont se croiser, pas complètement par hasard. Quand ce mécanicien complètement paumé l’enlèvera, elle la femme d’un directeur de banque incarné par Jalil Lespert. C’est du moins ce que nos trois protagonistes tentent de faire croire aux enquêteurs qui sont bien loin de se douter de ce qui est en train de se dérouler sous leurs yeux. Et nous voilà embarqués dans un jeu de faux-semblants, de flash-back habilement emmenés au service d’un thriller certes inégal mais terriblement efficace.


Ambitions énormes

Forcément inégal parce que les ambitions de Lespert sont immenses. Naviguant sans cesse entre pur polar à la Fincher, drame social et thriller érotique, le réalisateur ne parvient pas toujours à trouver l’équilibre.
 
Mais efficace car servi par le joli travail de Pierre-Yves Bastard, le chef opérateur renforçant par son jeu de lumière l’opposition entre les deux univers ; froideur bleutée pour l’un, sensuel et chaud pour l’autre. Par la force d’un scénario où les renversements font mouche mais aussi surtout par la performance de ses acteurs. Romain Duris pas très loin de son rôle récent dans "Un petit Boulot", est sublime dans la peau du raté, animal rustre et prêt à tout pour ne pas flancher. Et que dire de Charlotte Le Bon, à la fois sexuelle, effrayante et terriblement fragile, surtout face à ce Jalil Lespert en monstre froid et impavide. Un Jalil Lespert qu’on a hâte de retrouver devant sa propre caméra. 
Jalil Lespert à Paris le 14 novembre 2016

Jalil Lespert à Paris le 14 novembre 2016

© Boris Courret

 

La FICHE

Thriller de Jalil Lespert - Avec Charlotte Le Bon, Romain Duris, Jalil Lespert.

Synopsis : Iris, la femme d’Antoine Doriot, un riche banquier, disparaît en plein Paris. Max, un jeune mécanicien endetté, pourrait bien être lié à son enlèvement. Mais les enquêteurs sont encore loin d’imaginer la vérité sur l’affaire qui se déroule sous leurs yeux.