"Illégitime" : inceste et secrets de famille en Roumanie

Par @Culturebox Journaliste, responsable de la rubrique Cinéma de Culturebox
Publié le 08/06/2016 à 10H58
Alina Grigore et Robi Urs dans "Illégitime" d'Adrian Sitaru

Alina Grigore et Robi Urs dans "Illégitime" d'Adrian Sitaru

© Damned Distribution

Le cinéma roumain a le vent en poupe, on a pu le vérifier au dernier Festival de Cannes. Il est devenu l’un des premiers d’Europe, en terme quantitatif et qualitatif, depuis la révélation de "4 mois, 3 semaines et 2 jours" de Christian Mongiu, Palme d’or 2007. Adrian Sitaru se situe dans la continuité, avec "Illégitime", lui aussi, sur un sujet social et familial.

La note Culturebox

3
3/5

Deux pièces-cuisine

"Illégitime" s’ouvre sur un repas de famille qui tourne court suite à la révélation du rôle du père dans la répression contre l’avortement, interdit par le régime Ceausescu. Un secret de famille qui en cache un autre. Celui de l’amour incestueux entre Roméo et Sacha qui vivent avec leur deux autres frère et sœur dans un deux pièces-cuisine. La situation va devenir explosive quand Sacha découvre qu’elle est enceinte de son frère. Impossible dès lors de cacher la situation, faut-il ou non garder l’enfant ? La question et sa résolution recouperont toute la problématique exposée en introduction, dans un récit circulaire élégant.
"Illégitime" : la bande annonce

Une construction bien minutée, porteuse d’un drame familial et sentimental servi sans anicroche par tous les acteurs, notamment Alina Grigore, dans le rôle de Sacha. Le scénario, très minutieux, part d’une pièce de théâtre. Cette source donne la priorité aux dialogues, peut-être un peu trop. "Illégitime" est effectivement un peu bavard. S’ajoutent la prépondérance d’intérieurs exigus comme cadre de l’action, et des plans majoritairement rapprochés, pour créer un climat claustrophobique étouffant. Mais ce parti-pris de mise en scène ne participe-t-il pas du sujet ?

Brut de décoffrage

Le début du film pourrait faire penser à  "Festen" (1998) de Thomas Vinterberg. Mais Adrian Sitaru refuse la comparaison car, selon lui, un secret de famille ne se résout pas en une journée, mais demande du temps et un long processus pour être éventuellement digéré. C’est en effet tout le processus à l’œuvre dans "Illégitime". Ce père et ses quatre enfants doivent faire face à des choix moraux et existentiels cruciaux. Cette tension génère un certain suspense dans l’expectative des réactions de chacun, projeté face à des situations inextricables. Cela prend du temps.

"Illégitime" d'Adrian Sitaru

"Illégitime" d'Adrian Sitaru

© Damned Distribution

Adrian Sitaru ne choisit pas la facilité. Son film a un côté "brut de décoffrage", hors de tout aspect séduisant, par le cadre de l’action et les rapports conflictuels. L’amour entre Sacha et Roméo est bien réel, comme un peu de soleil dans l’eau froide. Mais il est incestueux : dérangeant. Tout est divisible par deux dans "Illégitime" : deux frères, deux sœurs, deux appartements, le pour et le contre… Si le père est veuf, sa voix vaut pour deux. Il y a comme un constant va-et-vient qui chemine progressivement vers une résolution qui n’est pas forcément celle que l’on attendait. 

"Illégitime" : l'affiche

"Illégitime" : l'affiche

© Damned Distribution

La fiche

Drame d'Adrian Sitaru (Roumanie-France) - Avec : Alina Grigore, Adrian Titieni, Robi Urs, Bogdan Albulescu - Durée : 1h29 - Sortie : 8 juin 2016
Synopsis : Lors d’un repas de famille, quatre frères et sœurs découvrent le passé polémique que leur père leur a caché. Tandis que cette révélation divise la famille, un autre scandale surgit : Romi et Sasha, frère et sœur jumeaux, entretiennent secrètement un amour fusionnel et physique.