"Flamenco Flamenco" : rouge passion

Par @Culturebox
Mis à jour le 10/12/2012 à 15H16, publié le 16/12/2011 à 21H47
"Flamenco Flamenco", de Carlos Saura

"Flamenco Flamenco", de Carlos Saura

© Bodega films

Documentaire musical de Carlos Saura (Espagne), avec : El Carpeta, Israel Galván, Arcángel, Rafael Estévez - 1h40 - Sortie : 14 décembre

Musiques, chants et danses du flamenco actuel. En réunissant aussi bien les plus grands maîtres que les nouveaux talents, un voyage au cœur du flamenco, de sa lumière, de ses couleurs.
 

Documentaire musical de Carlos Saura (Espagne), avec : El Carpeta, Israel Galván, Arcángel, Rafael Estévez - 1h40 - Sortie : 14 décembre Llire la critique

Passionnata
Cinéaste essentiel du cinéma ibérique ("Cria Cuervos"),  Carlos Saura se consacre depuis "Noces de sang" (1981) à sa musique natale : le flamenco, le Fado ("Fados" - 2009), où ses prolongements ("Tango", 1998), sans parler d’un premier "Flamenco" (1995), de sa "Salomé" (2002),  ou de sa "Carmen" (1983). La musique, le ballet obsèdent Saura qui en fait du cinéma. Et c’est grand bien.

Ce nouvel opus est d’une beauté vibrante, visuelle et passionnée, pour la sélection musicale, mais aussi la mise en scène où la musique et les chorégraphies sont d’un enchantement concocté par la photographie du directeur de l’image de Coppola sur "Apocalypse Now", "Coup de cœur" ou "Little Bouddha" de Bertolucci  et auquel il avait déjà fait appel pour "Flamenco" : l’immense Vittorio Storaro .

Car ici, l’image épouse le son, le son rencontre l’image. Comme dans ses précédentes productions, Saura visite le studio où il tourne ses pièces musicales, mises en scène le long de beaux travellings où les décors s’installent, comme les musiciens, au cœur de tableaux évocateurs des musiques et danses interprétées, plus enivrantes les unes que les autres.

"Flamenco Flamenco" de Carlos Saura

"Flamenco Flamenco" de Carlos Saura

© Bodega films

Encore !
Chaque tableau en appelle un autre, et cela pourrait durer encore des heures, tant on ne se s’en lasse pas. De voir ces artistes, peu connus, pas assez reconnus, virtuoses si merveilleusement valorisés et performants. Un enchantement sonore et visuel, dans la continuité de son initiateur, Carlos Saura, qui affine de film en film sa conception d’un art musical dont il donne une dimension véritablement visuelle.

D’immenses artistes, merveilleusement mis en images ; des chants, tous traduits - ce qui nous permet d’en connaître le sens -, sur des chorégraphies et l’émotion des interprètes/acteurs vivants dans leur art ; dans une synthèse visuelle sous la baguette d’un grand cinéaste. Une merveille pour les yeux et les oreilles. Rouge passion.