"Exodus: Gods And Kings" : Ridley Scott plus épique que jamais

Par @Culturebox Journaliste, responsable de la rubrique Cinéma de Culturebox
Publié le 22/12/2014 à 17H05
Joel Edgerton et Christian Bale dans "Exodus - Gods and Kings" de Ridley Scott

Joel Edgerton et Christian Bale dans "Exodus - Gods and Kings" de Ridley Scott

© 2014 Twentieth Century Fox

L'histoire de Moïse, dont traite "Exodus: Gods And Kings", a fait l'objet de deux monuments incontournables du cinéma, "Les Dix Commandements" en 1923 et son remake éponyme de 1956, tous deux signés Cecil B. DeMille. Ridley Scott aime les grands sujets et réalise son deuxième péplum, après "Gladiator", avec le même sens du gigantisme et un formidable Christian Bale dans le rôle du prophète.

La note Culturebox
4 / 5                  ★★★★☆

De  Ridley Scott (Etats-Unis), avec : Christian Bale, Joel Edgerton, John Turturro, Aaron Paul, Ben Mendelsohn, Sigourney Weaver, María Valverde - 2h31 - Sortie : 24 décembre 2014

Synopsis : l’histoire d’un homme qui osa braver la puissance de tout un empire. Une nouvelle vision de l’histoire de Moïse, leader insoumis qui défia le pharaon Ramsès, entraînant 600 000 esclaves dans un périple grandiose pour fuir l’Egypte et échapper au terrible cycle des dix plaies.
"Exodus - Gods and Kings" : la bande-annonce

Ripoliner "Les Dix Commandements"

"Exodus" n'est pas tout à fait un remake des "Dix Commandements" de DeMille. Il ne montre pas par exemple l'abandon sur les eaux du Nil de Moïse enfant, même s'il est évoqué. Scott le prend d'emblée adulte, guerrier de premier ordre en pleine guerre entre Egyptiens et Hittites, au côté de son frère d'armes Ramsès, futur pharaon. Le film ne s'éloigne toutefois guère du récit de DeMille, comment le pourrait-il d'ailleurs, puisqu'ils ont la même source biblique de l'Ancien Testament. Si Ridley Scott  fait dans le grandiose, il ripoline  de modernité le pompiérisme du cinéaste américain.

La reconstitution de l'Egypte ancienne est somptueuse et d'un réalisme époustouflant dans ses premières images, avec ses temples marmoréens et les immenses chantiers dédiés à leur construction. Christian Bale campe un Moïse des plus crédibles, par sa stature et un charisme à toute épreuve, tout comme Joel Edgerton en Ramsès et John Turturro, à contre emploi, dans le rôle de son père, ce qui n'était pas gagné d'avance, alors que le cinéaste retrouve son actrice d'"Alien" pour incarner son épouse.

"Exodus - Gods and Kings" de Ridley Scott

"Exodus - Gods and Kings" de Ridley Scott

© 2014 Twentieth Century Fox

Réaliste et spectaculaire

Les morceaux de bravoure s'enquillent sur les 2h31 du film. Une grande bataille ouvre le récit, les Dix plaies de l'Egypte sont évoquées avec un réalisme des plus spectaculaires, sans parler de la traversée de la Mer rouge précédée de la poursuite de Ramsès et de ses troupes après les Hébreux, sur un chemin de montagne escarpé... Ridley Scott excelle dans le sens de l'épique qu'habite chaque détail, des costumes, aux décors et accessoires, de l'écriture au rythme du film.

Le cinéaste gagne son pari haut la main, servi comme à son habitude par une conception artistique exigeante et peaufinée, avec un sens de la mise en scène grisante de tous les instants. Des qualités retrouvées dans l'usage pertinent d'un très beau relief qui ajoute une vraie dimension au film, ce qui est loin d'être souvent le cas. Tout ce déluge de techniques ne retire rien aux enjeux narratifs et émotionnels d'"Exodus : Gods and Kings".
Beau, spectaculaire et prenant, le dernier long métrage de Ridley Scott est un de ses meilleurs fleurons. Divin.