Entre théâtre et cinéma : "Passade", drôle de huis-clos pour une rencontre

Par @Culturebox Journaliste, responsable de la rubrique Cinéma de Culturebox
Mis à jour le 07/08/2017 à 17H26, publié le 07/08/2017 à 10H56
"Passade" de Gorune Aprikian

"Passade" de Gorune Aprikian

© Zelig Films Distribution

Scénariste et réalisateur de son premier film, Gorune Aprikian n'a pas choisi la facilité en s’astreignant à un huis-clos entre un homme et une femme dans une chambre d’hôtel. Si un Polanski s’est montré maître en la matière ("Répulsion ", "Cul de sac", "Carnage", "La Vénus à la fourrure"...), l’exercice est des plus périlleux, et "Passade" a les qualités et les défauts de ce film novice.

La note Culturebox

3
3/5

Duettistes

Hormis quelques plans d’ouverture et de clôture (très beaux) sur le canal Saint-Martin à Paris, "Passade" se situe entièrement dans le décor fermé d’une chambre où un homme et une femme viennent d’avoir une relation tarifée. Un espace anonyme, comme toutes les chambres d’hôtel, que l’on croirait pourtant personnel, tant il est individualisé, avec son mobilier choisi et une grande bibliothèque remplie de livres. Tout comme il n’y a rien, au prime abord, d’évident au tarifage de la présence de la belle Vanessa (Fanny Valette) dans le lit de Paul (Anaury de Crayencour), quand le film commence.
"Passade" : la bande annonce
De fait, "Passade" fonctionne pour beaucoup par deux dans sa construction. Deux personnages, deux parties distinctes, une relation fugace qui s’installe dans le temps, des propos qui disent tout et son contraire, du sous-texte manipulatoire, tout comme des sentiments distanciés qui deviennent intimes… De ce point de vue, Gorune Aprikian peaufine ses dialogues, principale source de la dramaturgie. Un peu trop, d’ailleurs, pour verser, par instants, dans le bavardage. D’autant que la caméra n’a pas le talent de celle d’un Polanski pour faire passer un huis-clos, qui aurait plus sa place au théâtre.
"Passade" de Gorune Aprikian

"Passade" de Gorune Aprikian

© Zelig Films Distribution

Film d’acteurs

Pourtant, on ne veut pas les lâcher ces deux-là qui se cherchent tout en évitant de se trouver, pour mieux se retrouver peut-être... Surtout quand Vanessa se lance dans des révélations aberrantes sur son passé qui choquent Paul. Mais elle sait ce qu’elle fait. Le moment est bien choisi afin de relancer une intrigue qui s’essoufflait, pour nous tenir jusqu’à la fin.
Amaury de Crayencour et Fanny Valette dans "Passade" de Gorune Aprikian

Amaury de Crayencour et Fanny Valette dans "Passade" de Gorune Aprikian

© Zelig Films Distribution
Vue la place des dialogues, tout repose sur les acteurs. Etonnant de constater que malgré une belle carrière depuis 1997, au cinéma comme à la télévision, Fanny Valette n’ait pas obtenu rôle à sa pointure, tant sa beauté particulière inspire une personnalité forte et complexe. Ce qui est le cas dans "Passade", même si la constance n’est toujours au rendez-vous (l’urgence du tournage ?). On peut en dire autant d’Amaury de Crayencourt, en homme-enfant pris sous le charme d’une belle ensorceleuse. Un joli marivaudage, très contemporain, qui pourrait servir de tremplin à ces deux comédiens servis par de beaux rôles.
"Passade" : l'affiche

"Passade" : l'affiche

© Zelig Films Distribution

LA FICHE

Comédie dramatique de Gorune Aprikian (France),  Avec : Fanny Valette, Amaury de Crayencour - Durée : 1h25 - Sortie : 9 août 2017

Synopsis : Paul et Vanessa viennent de coucher ensemble. Ils ne sont pas destinés à se revoir.  Elle est drôle, jolie, piquante. Lui a gardé une âme d'enfant. Intrigué par cette jeune femme espiègle et mystérieuse, il va faire de son mieux pour la retenir. Mais qui manipule qui ? Arrivera-t-il à assouvir son besoin d'amour et surmonter la peur, la maladresse, les conventions qui l'encombrent ?