"Dans la forêt", la psychologie enfantine rime avec le thriller fantastique

Par @Culturebox Journaliste, responsable de la rubrique Cinéma de Culturebox
Publié le 14/02/2017 à 15H00
Jérémie Elkaïm, Théo Van de Voorde et  Timothé Vom Dorp dans "Dans la forêt" de Gilles Marchand

Jérémie Elkaïm, Théo Van de Voorde et  Timothé Vom Dorp dans "Dans la forêt" de Gilles Marchand

© Pyramide Distribution

Gilles Marchand, derrière la caméra de "Dans la forêt", signe le scénario avec Dominik Moll avec lequel il partage une fructueuse collaboration, depuis "Harry, un ami qui vous veut du bien", puis "Lemming", dont les sujets reflètent leur passion commune pour les histoires tordues. Le premier assumait seul l’excellent "Qui a tué Bambi ?", non moins iconoclaste dans le cinéma français.

La note Culturebox

2
2/5

Shining

Seuls ou en duo à l’écrit, Gilles Marchand et Dominik Moll surfent sur des scénarios où des personnages et des situations ancrés dans le quotidien flirtent avec un fantastique diffus, qui l’empiète progressivement. Jusqu’à installer une angoisse perturbatrice prégnante. "Dans la forêt" ne déroge pas à la règle en prenant comme point de départ un garçon de 8 ans perturbé par la séparation de ses parents et qui va projeter sur son père une personnalité menaçante, jusqu’au monstrueux.
"Dans la forêt" : la bande annonce
Le sujet fait immédiatement penser à "Shining" (1980) de Stanley Kubrick. Les deux films se rejoignent dans la description d’un couple en déconfiture, avec un enfant dont les pouvoirs ésotériques vont réveiller les pulsions criminelles du père. Gilles Marchand assume, citant le générique de Kubrick dans un plan aérien de la voiture sillonnant au milieu de la forêt. Dans "Shining" c'est aussi un enfant qui réveillait les fantômes de l’hôtel Overlook, comme une métaphore de l’incompatibilité entre création artistique et famille. "Dans la forêt" réveille l'épouvantail du spectre dans un contexte psychologique plus réduit, voire simpliste.
Jérémie Elkaïm et Timothé Vom Dorp dans "Dans la forêt" de Gilles Marchand 

Jérémie Elkaïm et Timothé Vom Dorp dans "Dans la forêt" de Gilles Marchand 

© Pyramide Distribution

Forêt pénétrable

Tom (Timothé Vom Dorp) sent chez son père une présence maligne et menaçante quand il se perd avec lui dans la forêt, accompagné de son frère ainé (qui ne sert pas à grand-chose dans l’intrigue, sinon à être l’agent d’une salvation finale assez artificielle, mais pratique). On l’aura compris, le méchant est la projection fantasmatique de l’enfant sur un père tenu pour responsable du délitement de la cellule familiale.

On a donc vite fait le tour de cette forêt trop pénétrable, dont le mystère est vite résolu, donnant l’impression de tourner en rond, avec l’effet de répétition inhérent, malgré de bonnes intentions premières.
"Dans la forêt" : l'affiche

"Dans la forêt" : l'affiche

© Pyramide Distribution

LA FICHE

Drame fantastique de Gilles Marchands (France/Suède), Avec :  Jérémie Elkaïm, Timothé Vom Dorp, Théo Van de Voorde, Mika Zimmerman, Sophie Quinton, Mireille Perrier - Durée : 1h43 - Sortie : 15 février 2017
Interdit aux moins de 12 ans

Synopsis : Tom et son grand frère Benjamin partent en Suède retrouver leur père pour les vacances d'été. Tom appréhende les retrouvailles avec cet homme étrange et solitaire. Le père, lui, semble convaincu que Tom a le don de voir des choses que les autres ne voient pas. Quand il leur propose d'aller vers le Nord pour passer quelques jours dans une cabane au bord d’un lac, les enfants sont ravis. Mais l'endroit est très isolé, au milieu d'une immense forêt qui exacerbe les peurs de Tom. Et plus les jours passent, moins le père semble envisager leur retour…

Alerte résultats de la présidentielle 2017
M'alerter dès que les résultats seront publiés !