"Creepy" : l'inquiétante étrangeté du film noir selon Kiyoshi Kurosawa

Par @Culturebox Journaliste, responsable de la rubrique Cinéma de Culturebox
Mis à jour le 13/06/2017 à 16H44, publié le 10/06/2017 à 17H22
Teruyuki Kagawa et Yuko Takeuchi dans "Creepy" de Kiyoshi Kurosawa

Teruyuki Kagawa et Yuko Takeuchi dans "Creepy" de Kiyoshi Kurosawa

© Eurozoom

Trois mois après "Le Secret de la chambre noir" et quatre avant la sortie de "Avant que nous disparaissions" (projeté à Un Certain regard à Cannes), Kiyoshi Kurosawa sort "Creepy" : trois films en un mois, qui démontre l’originalité renouvelée de ce cinéaste hors normes, valsant dans chaque film entre le cinéma de genre et d’auteur, un cinéaste qui confirme encore sa singularité talentueuse.

La note Culturebox

4
4/5

Rendre crédible l’improbable

"Creepy" se situe dans la continuité des films de serial killers : un détective, profiler, quitte la police après une dernière enquête, pour enseigner la criminologie à l’université. Quand un ancien collègue le relance pour le conseiller et l’épauler sur plusieurs "cold case" (affaire non résolue). Dans ce cadre bien balisé, Kiyoshi Kurosawa va mettre en marche son approche si singulière et nous emmener dans des directions inattendues, en mélangeant subtilement les codes et les obsessions de ce maître du suspense.
"Creepy" : la bande annonce

Fantastique et thriller font bon ménage : Kiyoshi Kurosawa aime les deux, en joue, avec ses histoires de revenants ou de gangs. Sa touche personnelle est de les insérer dans un quotidien qui le transfigure. Dans "Creepy", il insuffle cette inquiétante étrangeté en adaptant un roman qu’il a retenu justement pour cette fusion entre l’ordinaire et l’extraordinaire : un spécialiste des tueurs en série se retrouve être, sans le savoir, le voisin d’un serial killer, sur lequel il enquête. Cette situation improbable devient crédible entre ses mains, son approche réaliste rendant tout acceptable.

Malaise

Nouvel arrivant dans le quartier, l’ex-inspecteur est mis en contact avec cet homme peu avenant par l’intermédiaire de son épouse qui cherche à se présenter à son nouveau voisinage. D’abord mal accueillis, ils vont progressivement être manipulés par ce personnage au comportement tour à tour trivial et complexe, dont la femme reste cachée, et la fille sous une emprise mystérieuse. Jusqu’à une révélation déstabilisante, aux conséquences inattendues, dangereuses et violentes qui iront crescendo. A son habitude, Kiyoshi Kurosawa prend le temps pour raconter son histoire (ici 2h10), mais il n’en abuse pas, le mystère qu’il distille retenant toujours l’attention.

Hidetoshi Nishijima, Teruyuki Kagawa et Yuko Takeuchi dans "Creepy" de Kiyoshi Kurosawa

Hidetoshi Nishijima, Teruyuki Kagawa et Yuko Takeuchi dans "Creepy" de Kiyoshi Kurosawa

© Eurozoom

Un malaise dérangeant émane de cet énigmatique Nishino qu’interprète avec toute une palette de jeux Teruyuki Kagawa, que Kurosawa a déjà dirigé dans "Shokuzai", série diffusée sur Arte, puis en deux films en salle. Les inconditionnels de Kiyoshi Kurosawa y trouveront assurément leur compte, "Creepy" s’avérant par ailleurs une bonne porte d’entrée pour s’initier à l’univers subtil du réalisateur japonais.

"Creepy" : l'affiche française

"Creepy" : l'affiche française

© Eurozoom

LA FICHE

Thriller de Kiyoshi Kurosawa (Japon) - Avec :  Hidetoshi Nishijima, Yuko Takeuchi, Teruyuki Kagawa, Masahiro Higashide - Durée : 2h10 - Sortie : 14 juin 2017

Synopsis : Un ex-détective devenu professeur en criminologie s’installe avec son épouse dans un nouveau quartier, à la recherche d’une vie tranquille. Alors qu’on lui demande de participer à une enquête à propos de disparitions, sa  femme fait la connaissance de leurs étranges voisins.