"Comme un avion" : Bruno Podalydès s'envole en kayak

Par @Culturebox Journaliste, responsable de la rubrique Cinéma de Culturebox
Mis à jour le 10/06/2015 à 18H45, publié le 10/06/2015 à 18H44
Sandrine Kiberlain et Bruno Podalydès dans "Comme un avion" de Bruno Podalydès

Sandrine Kiberlain et Bruno Podalydès dans "Comme un avion" de Bruno Podalydès

© Anne-Françoise Brillot - Why Not Productions

Bruno Podalydès est régulièrement à l’affiche ("Adieu Berthe", "Le Parfum de la dame en noir"…). Il joue dans le registre de la comédie, est inséparable de son frère Denis, les deux s’invitant dans leurs films respectifs. C’est encore le cas ici, même si Bruno tient la rampe, comme scénariste, réalisateur et interprète principal de "Comme un avion", avec Sandrine Kiberlain et Agnès Jaoui.

La note Culturebox
4 / 5                  ★★★★☆


Le plancher des vaches

Bonne idée de transformer ce fondu de Mermoz, Michel (Bruno Podalydès), en un adepte du kayak. Des airs aux ondes, il n’y a qu’un pas, qu’une rame, comme une hélice qui fendrait les eaux. Ce cadre d’entreprise un peu fantasque va passer le pas, pour sept jours d'une escapade qui, espère-t-il, l’emmènera jusqu’à la mer. On ne dévoilera pas grand-chose du film en révélant qu’il n’ira que jusqu’à quatre kilomètres de chez lui, suite à des rencontres inattendues.

"Comme un avion" : la bande-annonce

Comme quoi l’exotisme se joue des grandes distances. Michel va tomber sous le charme d’une auberge, où l’on sert l’absinthe à foison, et de ses habitués. A chaque fois qu’il cherche à s’en extirper, il y est ramené, comme dans un conte fantastique. Mais le charme est ici bénéfique, Laetitia, la patronne (Agnès Jaoui) a plus d’un tour dans son sac, et Mila (Vilama Pons) n’est pas sans attrait. Michel ne cherche pas à tromper sa femme (Sandrine Kiberlain), il ne ne veut prendre qu’un peu d’air. Si celui des hauteurs le fascine, il le trouvera sur le plancher des vaches.

Agnès Jaoui dans "Comme un avion" de Bruno Podalydès

Agnès Jaoui dans "Comme un avion" de Bruno Podalydès

© Anne-Françoise Brillot - Why Not Productions

Michel le bienheureux

Bruno Podalydès tourne un film printanier, sinon estival, en le teintant d’impressionnisme dans sa lumière angevine, même s’il pleut parfois. Mais les contrastes créent la vie. Michel se laisse porter, et nous avec lui, au fil de ses frasques ingénues, comme un "Alexandre le bienheureux" (1967, Yves Robert) au fil d’une nonchalance qui fait envie. Il traverse une parenthèse enchantée et son air naïf jusqu’à la fin est comme un clin d’œil à l’égard du spectateur : qu’est-ce qui vous empêche d’en faire autant ?

"Comme un avion" est une leçon de bonheur, idéalisé, bien sûr, mais qui fait du bien par les temps qui courent, tout en nous sortant des "films de potes", envahissants. Elégant et drôle, le film de Bruno Podalydès tombe à pic dans un environnement conjoncturel et cinématographique morose, raison pour laquelle il devrait trouver son public, c’est du moins tout ce qu’on lui souhaite. 

Comme un avion

De Bruno Podalydès (France), avec : Bruno Podalydès, Agnès Jaoui, Sandrine Kiberlain, Vimala Pons, Denis Podalydès, Michel Vuillermoz, Pierre Arditi - 1h45 - Sortie : 10 juin 2015

Synopsis : Michel, la cinquantaine, est infographiste. Passionné par l'aéropostale, mais n'a jamais piloté d'avion. Jusqu'au jour où  Michel tombe en arrêt devant des photos de kayak : on dirait le fuselage d’un avion. C'est le coup de foudre. En cachette de sa femme, il achète un kayak à monter soi‐même et tout le matériel qui va avec. Michel pagaie des heures sur son toit, rêve de grandes traversées en solitaire mais ne se décide pas à le mettre à l'eau. Rachelle découvre tout son attirail et le pousse alors à larguer les amarres. C'est alors le début d'une aventure, où Michel décrouvrira une guiguette dont il aura du mal à se séparer des clients...