"Certifiée Halal", l'enfer des mariages forcés sur le ton de la comédie

Par @pygrenu Rédacteur en chef de Culturebox
Mis à jour le 09/05/2015 à 09H11, publié le 09/05/2015 à 09H09
"Certifiée Halal" de Mahmoud Zemmouri

"Certifiée Halal" de Mahmoud Zemmouri

© Fennec Productions

Considéré comme le pionnier du cinéma "beur", Mahmoud Zemmouri fait le pari de traiter des questions sensibles par la comédie. Cette fois il s'attaque aux mariages forcés, sujet douloureux s'il en est. Et, comme souvent avec lui, le rire finit par triompher face à l'obscurantisme !

La note Culturebox
3 / 5                  ★★★☆☆

Comédie franco-algérienne de Mahmoud Zemmouri, Avec Hafsia Herzi, Smaïn Fairouze, Mourade Zeguendi et Nadia Kounda – Durée : 1h25 – Sortie 13 mai 2015

Synopsis : dans un village reculé du Maghreb, deux convois nuptiaux se télescopent autour du petit édifice du Marabout. Dans la confusion, les familles se trompent de mariées, identiquement voilées. Sultana, la fille du douar et Kenza, une jeune Française mariée de force par son frère, vont révolutionner, chacune à leur manière, ce petit monde traditionnel.


Depuis "Prends 10 000 balles et casse-toi", Mahmoud Zemmouri creuse le même sillon, celui de la comédie du bled, et porte un regard à la fois caustique et tendre sur son Algérie natale. La volonté de faire rire ne l'empêche pas d'aborder avec courage les questions les plus délicates. Cette fois, il s'attaque à des sujets lourds : les mariages forcés, la virginité, le patriarcat, le droit des femmes et l'influence des islamistes…

Voici donc la pauvre Kenza embarquée de force dans un village perdu par son frère qui ne supporte pas son indépendance et qui a négocié en son nom un mariage qui va rapidement s'avérer un fiasco total. Avec les mêmes ingrédients, malheureusement réalistes, on aurait pu construire un film dramatique, mais Zemmouri préfère miser sur le ridicule de cette situation et de ses protagonistes.
"Certifiée Halal" de Mahmoud Zemmouri. © Fennec Productions

Tout le monde en prend pour son matricule : le frère zélé, qui veut jouer les chefs de famille, le cousin véreux, les notables du village, sans oublier les religieux ou les autorités locales… Les seules qui sortent épargnées : les femmes, évidemment. Qui, sous leur soumission apparente, ne s'en laissent pas conter, et se révèlent bien plus finaudes que leur père ou mari forts en gueule.

"Certifiée halal" n'est pas exempt de longueurs, de gags répétitifs voire lourdingues, mais, globalement, il se dégage de l'ensemble un joli souffle de vie et d'optimisme, qui n'est pas sans rappeler l'ambiance des comédies italiennes des grandes années. On y palabre beaucoup, les méchants sont avant tout stupides, et, à la fin, c'est l'amour qui triomphe. Sur une question aussi sensible et douloureuse, la légèreté de façade de Zemmouri a aussi le parfum de l'espoir.