Avec "Le Fils de Jean", Philippe Lioret signe un polar familial

Par @Culturebox Journaliste, responsable de la rubrique Cinéma de Culturebox
Mis à jour le 30/08/2016 à 11H37, publié le 29/08/2016 à 11H04
Marie-Thérèse Fortin, Gabriel Arcand, Pierre Deladonchamps, Catherine de Léan, dans "Le Fils de Jean" de Philippe Lioret

Marie-Thérèse Fortin, Gabriel Arcand, Pierre Deladonchamps, Catherine de Léan, dans "Le Fils de Jean" de Philippe Lioret

© Sebastien Raymond / Fin Aout Productions

Avec Jacques Audiard, Philippe Lioret constituent sans doute le plus talentueux duo de réalisateurs français du moment. leurs sujets originaux, scénarios, mises en scène et directions d’acteurs impeccables ne les démentent jamais. Confirmation avec "Le Fils de Jean", où Lioret après "Regarde les hommes tomber", "Je vais bien, ne t’en fais pas", ou "Welcome", démontre tout son brio.

La note Culturebox

4
4/5

Complot de famille

Avant tout film autour de la famille et la quête d’identité d’un fils sans père qui s’en cherche un, "Le Fils de Jean" a tous les stigmates d’un polar. Une disparition, peut-être un mort, un indice, un mystère, une enquête, une révélation… autant de strates qui identifient le film à une investigation policière. Angie (Marie-Thérèse Fortin), qui reçoit Mathieu (Pierre Deladonchamps), collectionne les Séries Noires et ce dernier a écrit un roman policier tout en en préparant un autre. Philippe Lioret joue du genre, sans se ranger sous sa coupole, mais s’en sert comme pour structurer son récit en sous-texte, pour mieux nous emmener ailleurs.
Le Fils de Jean : la bande annonce

Mathieu ne sait rien de son père ; ou des mensonges qu’on lui a partiellement exposés. Il en sait encore moins sur ses deux demi-frères dont il apprend l’existence par téléphone, et tient absolument à les rencontrer, sa motivation première pour se rendre de Paris à Montréal. Il doit y assister aux obsèques de son paternel inconnu et doublement disparu, puisqu’envolé à sa naissance, et dont on n’a pas retrouvé le corps, prétendument noyé au fond d’un lac. Cette invitation, il l’a reçue de Pierre (Gabriel Arcand), le meilleur ami de Jean, son père. Drôle de "client",  qui lui interdit de révéler son identité à ses demi-frère… pour le moment. "C’est trop tôt, ils ne connaissent pas ton existence et cela serait un trauma de plus". Curieuse requête qui ébauche un mystère, seulement résolu à la fin.

Gabriel Arcand et Pierre Deladonchamps dans "Le Fils de Jean" de Philippe Lioret

Gabriel Arcand et Pierre Deladonchamps dans "Le Fils de Jean" de Philippe Lioret

© Sebastien Raymond / Fin Aout Productions

Charge émotionnelle

On pourrait juger la démarche et la requête de Pierre un peu tordues et sa motivation floue. Ce serait passer à côté de sa vraie nature. Sous des allures bonhommes, il dissimule une souffrance, un manque profond, culpabilisateur, qui recoupe celui de Mathieu, dans une quête commune qui s’ignore et se fera jour peu à peu. Leur rapprochement est extrêmement bien minuté par Lioret qui s’est inspiré d’un roman de Jean-Paul Dubois, tout en revendiquant s’en être détourné pour choisir une autre direction. Le scénario est en cela un modèle du genre, empreint de mystère, de suspense et d’une subtile délicatesse dans l’expression des sentiments, jusqu’à un final bouleversant. Pierre Deladonchamps, César du meilleur espoir masculin pour "L’Inconnu du lac", bientôt à l’affiche du prochain Téchiné, et Gabriel Arcand ("Le Démantèlement", "Congorama") y sont pour beaucoup dans la puissante charge émotionnelle. Tous deux confirment leur immense talent et le Canadien trouve son plus beau rôle.

"Le Fils de Jean" s’inscrit dans une rentrée française placée sous les meilleurs auspices, avec également cette semaine "Divines" (de la précoce Houda Benyamina, Caméra d’or à Cannes), "Nocturama"(de Bertrand Bonello) et la semaine prochaine "Voir du pays" (de Delphine et Muriel Coulin). Leurs sujets et traitements reflètent de réelles ambitions, trop absentes des films nationaux depuis le début de l’année. Philippe Lioret fait preuve d’une élégance filmique de tous les instants, aux cadrages millimétrés et plans séquences dramatisants, avec un rythme au cordeau, pas une seconde n'étant en trop, ce qui est rare. Pour tous ces atouts, rejoignez la famille du "Fils de Jean". 
 


 

"Le Fils de Jean" : l'affiche

"Le Fils de Jean" : l'affiche

© Le Pacte

LA FICHE

Drame de Philippe Lioret (France/Canada) - Avec : Pierre Deladonchamps, Gabriel Arcand, Catherine de Léan, Marie-Thérèse Fortin, Pierre-Yves Cardinal, Patrick Hivon - Durée : 1h38 - Sortie : 31 août 2016

Synopsis : À trente-trois ans, Mathieu ne sait pas qui est son père. Un matin, un appel téléphonique lui apprend que celui-ci était canadien et qu'il vient de mourir. Découvrant aussi qu’il a deux frères, Mathieu décide d'aller à l'enterrement pour les rencontrer. Mais, à Montréal, personne n'a connaissance de son existence ni ne semble vouloir la connaître…