"Avant d'aller dormir" : Nicole Kidman dans un piège hitchcockien

Par @Culturebox
Publié le 22/09/2014 à 17H17
Dans "Avant d'aller dormir", Nicole Kidman joue le rôle de Christine, une amnésique qui tient un journal vidéo.

Dans "Avant d'aller dormir", Nicole Kidman joue le rôle de Christine, une amnésique qui tient un journal vidéo.

© DR

Projeté en avant-première au Festival du cinéma américain de Deauville, Nicole Kidman est l'héroïne de "Avant d'aller dormir", un thriller psychologique de Rowan Joffé. Plus hitchcokienne que jamais, la comédienne blonde donne une forte intensité à une histoire basée sur l'amnésie, compliquée mais bien maîtrisée par Rowan Joffé le scénariste de "28 semaines plus tard".

La note Culturebox
4 / 5                  ★★★★☆

De Rowan Joffé (Etats-Unis) Avec Nicole Kidman, Colin Firth, Mark Strong, Anne-Marie Duff (1h32) sortie le 24 septembre 2014

Synopsis: Chaque matin est le même pour Christine Lucas (Nicole Kidman) : elle réveille dans une chambre qu'elle ne reconnait pas, auprès d'un homme dont elle ignore tout et pense avoir 20 ans. La quadragénaire écoute, chaque matin, cet homme qui lui dit être son mari (Colin Firth) lui expliquer qu'elle a eu un accident et souffre d'une forme rare d'amnésie. Chaque matin, elle a oublié ce qu'elle a vécu la veille. Et chaque matin, elle reçoit en secret l'appel d'un médecin (Mark Strong) qui tente de l'aider à lutter contre la malédiction de l'oubli. 

"Un jour sans fin" version cauchemar
Ce pourrait être la version cauchemardesque d"Un jour sans fin". Là où la comédie l'emportait dans le film de 1993 réalisé par Harold Ramis, c'est l'angoisse et le suspense qui pèsent sur "Avant d'aller dormir'. Dans les deux films le rituel d'un même matin se répète inlassablement. Mais lorsque Christine Lucas (Nicole Kidman) ouvre les yeux, elle panique : elle ne sait rien de la chambre où elle vient de passer la nuit, elle ignore tout de l'homme endormi à ses côtés et, alors qu'elle croit avoir 20 ans, c'est une quadragénaire qui la regarde dans le miroir de la salle de bains.

Le spectateur apprend en même temps qu'elle qu'à la suite d'un grave traumatisme, elle souffre d'un cas rare d'amnésie. Chaque nuit efface le souvenir de ce qu'elle a fait la veille. C'est ce que lui explique celui que, chaque matin, elle apprend être Ben, son mari (Colin Firth). Le rituel des réveils paniqués se répète, inlassablement. Mais grâce à un stratagème vidéo imaginé par un médecin qui a décidé de l'aider, elle enregistre chaque jour ce qu'elle a appris dans la journée, la mémoire numérique se substitue alors à sa mémoire envolée. Et peu à peu, le doute s'installe en elle : quelque chose va de travers dans cette histoire qui n'est peut-être pas la sienne.
 

Nicole Kidman et Colin Firth dans "Avant d'aller dormir"

Nicole Kidman et Colin Firth dans "Avant d'aller dormir"

© DR

L'ombre d'Hitchcock
La lourdeur du mystère, l'angoisse de l'héroïne, sa blondeur, tout fait penser à un film d'Alfred Hitchcock et l'on se prend à rêver d'une rencontre entre le maître anglais du suspense et Nicole Kidman. Le Britannique n'aurait pas laissé passer l'Américaine sans lui confier quelques rôles. Bien sûr Rowan Joffé, de même nationalité que Hitch, ne l'a pas copié, mais il en tiré des leçons de cinéma. Le film est une adaptation du roman éponyme du romancier britannique S.J. Watson). Si parfois le spectateur est lassé de ces réveils à répétitions, c'est à dessein, afin de préparer l'emballement du récit dans la deuxième partie du film. Tout marche très bien dans cette mécanique implacable de l'angoisse, jusqu'à quelques minutes de la fin. Joffé aurait en effet pu épargner au spectateur une dernière scène trop mélodramatique et pour le moins inutile. Hitchcock ne l'aurait pas tournée.