"All About Albert" : "Quand Harry rencontre Sally" en version quadras !

Par @Culturebox Journaliste, responsable de la rubrique Cinéma de Culturebox
Mis à jour le 25/03/2014 à 18H13, publié le 24/03/2014 à 13H30
Julia Louis-Dreyfus et James Gandolfini dans "All About Albert" de Nicole Holofcener

Julia Louis-Dreyfus et James Gandolfini dans "All About Albert" de Nicole Holofcener

© Twentieth Century Fox France

La réalisatrice Nicole Holofcener a beaucoup officié à la télévision ("Sex in the City", "Six feet Under…), en parallèle du cinéma. Mais ses films ne sont pas forcément arrivés jusqu'à nous. Avec "All About Albert", une comédie dramatique sentimentale, elle réussit un petit coup de maître, grâce à un scénario original de son cru, et un beau casting où excelle un James Gandolfini épatant.

De Nicole Holofcener (Etats-Unis), avec : Julia Louis-Dreyfus, James Gandolfini, Catherine Keener, Toni Collette - 1h33 - Sortie : 26 mars 2014

Synopsis : Mère divorcée, Eva se passionne pour son métier de masseuse. Très attachée à sa fille, elle redoute le jour – désormais imminent – où celle-ci va quitter la maison pour aller à l’université. A l’occasion d’une soirée, elle rencontre Albert, un homme doux, drôle et attachant qui partage les mêmes appréhensions qu’elle. Tandis qu’ils s’éprennent l’un de l’autre, Eva devient l’amie et confidente de Marianne, une nouvelle cliente, ravissante poète qui semblerait parfaite si seulement elle n’avait pas un énorme défaut : dénigrer sans cesse son ex-mari. Soudain Eva en vient à douter de sa propre relation avec Albert qu’elle fréquente depuis peu.
"All About Albert" : la bande-annonce

Le bon ton
"All About Albert" a un petit air de "Quand Harry rencontre Sally" qui, en 1989, avait fait un carton, avec Billy Cristal et Meg Ryan. Les deux personnages passaient par la case séparation avec des conjoints respectifs, avant de se retrouver sous les auspices d'un humour décapant. C'est un peu la même chose ici, avec des personnages qui ne sont plus des trentenaires mais des quadras. Aussi, "All About Albert" n'a rien d'une comédie romantique lambda, grâce à ses personnages "mûrs", mais aussi parce que Albert ne correspond pas au profil du jeune premier, comme homme bien enveloppé, sous les traits d'un James Gandolfini jovial, mais aussi plein de tendresse, très touchant, malheureusement décédé il y a peu.

Sa partenaire Julia Louis-Dreyfus ne démérite pas non plus. Raconté de son point de vue, le film, écrit, réalisé par une femme, offre un regard tout en féminité sur les hommes, drôle et tendre, lui aussi, mais également non dénué de petites maladresses. Il est rare de rencontrer un tel talent d'observation dans un film dit "léger", d'autant qu'il y parvient avec un humour très fin, sans vulgarité aucune, mais élégance, sans tomber dans les conventions. Les rapports qu'entretiennent cette mère et ce père avec leurs filles respectives sont également au premier plan, et traduisent la douleur éprouvée quand l'oisillon quitte le nid…

Julia Louis-Dreyfus et Catherine Keener dans "All About Albert" de Nicole Holofcener

Julia Louis-Dreyfus et Catherine Keener dans "All About Albert" de Nicole Holofcener

© 20th Century Fox

Ne point trop en dire
Mais "All About Albert" ne s'arrête pas à ce qui pourrait être une étude de mœurs. L'intrigue au centre du film, qu'il vaut mieux ne pas dévoiler pour en tirer toute la saveur, constitue l'épine dorsale d'un récit bien mené et rythmé, aux personnages truculents, où les rôles secondaires ne sont pas négligés, comme c'est souvent le cas dans le cinéma américain. Les clients d'Eva (Julia Louis-Dreyfus), masseuse à domicile, reviennent régulièrement, comme une ponctuation dans le film ; Marianne, poétesse de son état, qui devient sa confidente, se révèle une hygiéniste névrosée ; Sarah, son amie de toujours, psy, a la manie de changer les meubles de place et de se plaindre de sa bonne…

Nicole Holofcener créé un petit monde très attachant grâce à ses personnages bien cernés, évolutifs, et un scénario bien ficelé. Le film est d'autant plus réussi qu'il ne nous emmène pas forcément là où on l'attend, mais il vaut mieux, une fois de plus, ne pas en dire plus à propos d'Albert. Preuve que le film réserve des surprises, ce qui n'est pas si fréquent dans le genre où il évolue.


Lire l'article sur la disparition de James Gandolfini