"À trois on y va", un trio amoureux décalé réjouissant

Par @Culturebox Journaliste, responsable de la rubrique Cinéma de Culturebox
Mis à jour le 28/03/2015 à 16H16, publié le 23/03/2015 à 16H13
Anoïs Demoustier, Félix Moati et Sophie Berbeck dans "A trois on y va" de Jérôme Bonnell

Anoïs Demoustier, Félix Moati et Sophie Berbeck dans "A trois on y va" de Jérôme Bonnell

© Céline Nieszawer

Le précédent film de Jérôme Bonnell, "Le Temps de l'aventure", avait heureusement surpris avec un beau couple d'acteurs : Emmanuelle Devos et Gabriel Byrne. C'est encore d'amour dont il est question dans "À trois on y va", mais au cœur d'un trio de presque trentenaires, tous craquants : Anaïs Desmoustier, Sophie Verbeek et Félix Moati.

La note Culturebox
4 / 5                  ★★★★☆

De Jérôme Bonnell (France), avec : Anaïs Demoustier, Félix Moati, Sophie Verbeeck, Patrick d'Assumçao, Olivier Broche, Laure Calamy - 1h26 - Sortie : 25 mars 2015

Synopsis : Charlotte et Micha sont jeunes et amoureux. Ils viennent de s’acheter une maison près de Lille pour y filer le parfait amour. Mais depuis quelques mois, Charlotte trompe Micha avec Mélodie… Sans rien soupçonner, se sentant toutefois un peu délaissé, Micha trompe Charlotte à son tour… mais avec Mélodie aussi ! Pour Mélodie, c’est le vertige. Complice du secret de chacun. Amoureuse des deux en même temps… 
A trois on y va : la bande-annonce
Vaudevillesque

Un des atouts les plus réjouissants de "À trois on y va" est sa tonalité. Tout en légèreté, humour et gaité, alors que ses trois personnages passent par des émotions contradictoires : amour, déception, jalousie, mensonge, dissimulation… Mélodie (Anaïs Desmoustier) pourrait être au cœur d'un drame sentimental, venant mettre le désordre dans un jeune couple de ses amis, alors qu'elle entraîne l'une, Charlotte (Sophie Verbeek), et l'autre, Micha (Félix Moati) dans un joyeux vaudeville.

Le film tire une bonne partie de son énergie de ses trois acteurs. Un casting qui confirme notamment le talent d'Anaïs Desmoustier, remarquée dernièrement dans "Bird People" ou "Une nouvelle amie". Sophie Verbeek a moins de films à son actif et des plus petits rôles, mais fait preuve ici d'une assise prometteuse. Quant à Félix, il a de belles expériences derrière lui, comme "Hippocrate" ou "Télé gaucho". Mais pour eux trois, "À trois on y va" est comme la consécration d'une jeune génération d'acteurs, grâce à des rôles qui leur vont comme un gant.
Anaïs Demoustier, Félix Moat et, Sophie Verbeeck dans "A trois on y va" de Jérome Bonnell

Anaïs Demoustier, Félix Moat et, Sophie Verbeeck dans "A trois on y va" de Jérome Bonnell

© Wild Bunch
Pépite

Le long métrage de Jérôme Bonnell tire également parti d'une écriture bien sentie, aux chassés-croisés rythmés, nourris de dialogues souvent savoureux. Car l'on y rit beaucoup. Aussi, ce qui pourrait n'être qu'une comédie sentimentale de plus, comme l'on nous en sert au kilomètre, s'avère une petite perle. Il n'a pas comme moindre mérite, par ailleurs, de ne pas s'appesantir en surdéveloppements narratifs, le film ayant l'élégance de ne durer que 1h26, le temps idéal pour mettre à plat toutes les facettes de son scénario, de ses personnages, sans en rajouter. Ce qui est rare.

Jérôme Bonnell concocte une mise en scène enlevée en phase avec son approche d'un sujet, traité le plus souvent sur un mode dramatique. Il renouvelle des situations éculées de cache-cache grâce au tripartisme de ses protagonistes, jusqu'à une belle conclusion, au dénouement inattendu. Un film générationnel, certes, mais également une bouffée d'air frais dans le cinéma français.