Claude Lelouch ouvre ses Ateliers du Cinéma pour transmettre ce qu'il a appris

Par @Culturebox
Mis à jour le 16/11/2015 à 11H17, publié le 16/11/2015 à 11H09
Claude Lelouch devant ses "Ateliers du Cinéma" à Beaune

Claude Lelouch devant ses "Ateliers du Cinéma" à Beaune

© JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP

Claude Lelouch a inauguré vendredi ses Ateliers du cinéma à Beaune (Côte-d'Or). Des Ateliers qui lui tenaient à coeur car le cinéaste estime être arrivé au "moment où on transmet". L'école est parrainée par trois grands noms du cinéma, Elsa Zylberstein, Christophe Lambert et Jean Dujardin.

"Je n'ai pas appris grand chose mais les deux ou trois trucs que j'ai appris, j'ai très envie de les transmettre", confie Claude Lelouch. Ce projet d'école à Beaune, ville qui accueille un festival du film policier, était dans l'air depuis que le réalisateur y a tourné son film "Roman de gare" en 2007.

Reportage: Sylvain Bouillot, Tiphaine Pfeiffer, Gabrielle Guillot

Les Ateliers du cinéma accueilleront un grand metteur en scène par an, qui tournera un film à Beaune et dans les environs. Les treize apprentis, qui ont jusqu'au 13 décembre pour candidater, seront employés comme stagiaires ou assistants sur ce tournage, tandis qu'ils réaliseront chacun durant leur année de formation un court-métrage.

"Le metteur en scène, pour moi, doit tout savoir faire : écrire une histoire, tenir sa caméra, enregistrer le son, faire du montage", a dit le réalisateur d'"Un plus une", avec Jean Dujardin et Elsa Zylberstein.

Le premier film tourné au sein des Ateliers du cinéma début 2016 sera le prochain film de Claude Lelouch, intitulé "Très intime conviction". Pour le directeur de cette académie, Rémi Bergman, "Claude est l'instigateur et le +Deus ex machina+ de cette histoire". "La particularité de ce qu'on propose (aux apprentis) est de suivre tout un film depuis la fin de l'écriture jusqu'à la copie zéro", a-t-il expliqué, ajoutant avoir "le sentiment que c'est très innovant". La vente des films produits devrait autofinancer l'école, qui est financée à hauteur de 5 millions d'euros sur trois ans par la société de production de Claude Lelouch, Films 13.